Casselkoeien / Les vaches de Cassel: vers une nouvelle traduction (2.0)

[work in progress]

[<< ° >>] Deuxième strophe (DEDEFF)

§0. Remarques générales préliminaires

La deuxième strophe, comme la première, se présente comme une unique phrase complexe. Elle consiste en trois propositions indépendantes juxtaposées (s2-v1; s2-v1/v2/v3/v4; s2-v5/v6), reliées entre elles par une virgule. Ces trois propositions débutent toutes par une relation prédicative sémantiquement identique (‘t is prachtig overal en s2-v1, s2-v2 et s2-v5). Il conviendra donc, pour la traduction, de reproduire cette répétition ou, plus exactement, cette anaphore. Il faut noter, incidemment, que, dans les deux dernières indépendantes, le premier terme de ce groupe de mots anaphoriques, le pronom personnel ‘t, a une valeur cataphorique en ce qu’il annonce la proposition surbonnée sujet introduite, dans les deux cas, par l’adverbe interrogatif hoe. Cette configuration syntaxique complique la tâche du traducteur pour deux raisons: d’une part, l’ordre des mots dans une proposition subordonnée diffère grandement entre la langue-source et la langue-cible et, d’autre part, la langue française soutenue n’admet guère volontiers de subordonnée sujet introduite par l’équivalent français de cet adverbe interrogatif néerlandais.

Sur le plan lexical, il faut signaler la présence de deux mots archaïques et/ou « provinciaux » (liefgetal en s2-v3 et verwe en s2-v4), dont le sens reste cependant clair; sur la plan syntaxique, il faut constater une seule entorse à l’ordre des mots canonique, rime oblige, avec la postposition de l’épithète liefgetal en s2-v3. Ces deux faits nous autorisent à prendre quelques libertés avec le français contemporain canonique, si besoin est. A titre anecdotique, on peut mentionner le recours à une graphie non-standard pour le participe passé gesneên, suivant certes l’usage fréquent de la syncope du ‘d’ intervocalique en flamand-occidental, mais aussi et surtout suivant le besoin d’un nombre limité de syllabes nécessaire à la conservation du schéma métrique du poème[1].

Plus remarque – et intéressante – est la présence de plusieurs couples de mots rapprochables l’un à l’autre soit à cause de leur proximité sonore (vouwe en verwe en s2-v4 et wijde weiden en s2-v6), soit à cause de leur proximité sémantique (gebeiteld en gesneên en s2-v5). Le recours à de tels couples contribue très sûrement au rythme du poème, à la cadence paisible, faite de brefs progrès et de régulières pauses, ici marquées par les virgules nombreuses. La valeur poétique de ce poème tient précisément, ce nous semble, à ce rythme, autant qu’aux images bucoliques qu’évoque le poème et qu’accompagne son rythme; il nous appartiendra donc de trouver des stratégies, dans notre traduction française, pour restituer ce caractère poétique.

[lire la suite]

***

Note

[1] Dans ce même poème, Gezelle recourt à deux formes différentes pour zon: la forme standard contemporaine monosyllabique (en s1-v5) et la forme archaïsante/dialectale disyllabique (en s3-v6, s6-v1 et s6-v6) pour des raisons de métrique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *