Casselkoeien / Les vaches de Cassel: vers une nouvelle traduction (2.1)

[work in progress]

[<< ° >>] Deuxième strophe (DEDEFF)

§1. Premier vers

En dépit d’une apparente simplicité, le premier vers se trouve être assez difficile à traduire, non pas à cause des mots pris isolément, mais à cause des trois premiers mots qui constituent l’anaphore de la strophe. Autrement dit, la difficulté réside moins dans le choix de traduction pour ce vers en soi que dans le choix de traduction pour le début de trois vers, dont deux sont syntaxiquement peu transposable sans manipulation (cf. infra).

La proposition indépendante que constitue ce vers se range, formellement, parmi les déclaratives directes. L’ordre des mots canonique est respecté. Le pronom  personnel ‘t est suivi de son prédicat, à savoir le verbe zijn et l’adjectif prachtig. L’adverbe overal précise le caractère universel et englobant de la pracht. Toutefois, comme dans la précédente strophe, le lecteur / auditeur ressent ce passage, comme le reste de la strophe, comme une exclamation empreinte d’une admiration presque mystique. Le poète n’énonce pas avec distance la splendeur des vaches et de leur environnement, il l’annonce avec un émerveillement qui fait écho à la contemplation recommandée/ordonnée dans la première strophe où le verbe de la principale est à l’impératif présent. C’est pourquoi nous nous réservons la possibilité de recourir à une construction syntaxique française propre à véhiculer ce sentiment, à savoir l’exclamative.

Reste encore à choisir les termes constitutifs de cette exclamative, ou plutôt ceux qui seront répétés à deux autres endroits de la strophe. Il ne nous paraît pas très utile de chercher à traduire prachtig autrement que par splendide. Le mot français a l’avantage incident de comprendre, comme l’originel néerlandais, une occlusive bilabiale sourde immédiatement suivie d’une liquide, ainsi qu’une occlusive alévolaire, l’ensemble étant, dans les deux langues, assez favorable à une lecture exclamative. Cependant, nous ne retiendrons pas l’adjectif, mais nous lui préférerons le substantif de la même racine afin d’assurer la construction syntaxique que nous avons retenue, soit : « que de splendeur ».

Pour ce qui est de l’adverbe, nous ne pouvons soumettre dans notre vers sa traduction française évident « partout », car l’adverbe français est disyllabique, quand il nous faut une équivalence française de 4 syllabes pour respecter à la fois la division du vers originel en deux groupes syllabiquement égaux (le groupe-anaphore et l’adverbe) et le schéma métrique en langue-cible. L’adverbe « alentour » était, après « partout », celui qui convenait probablement le mieux, mais celui-là avait n’était meilleur que celui-ci que d’une seule syllabe, ce qui aurait exigé de notre part d’ajouter un mot monosyllabique qui soit sémantiquement neutre afin de ne pas surtraduire. Nous avons finalement décidé de substituer à l’adverbe initialement pressenti le groupe prépositionnel « aux alentours ». D’aucuns nous reprocheront peut-être, avec cette locution, de sous-traduire overal en ce que l’adverbe néerlandais renvoie à une totalité géographique; cependant, « aux alentours » implique une globalité correspondante, à défaut d’être équivalente.

Nous proposons donc de traduire « ‘t is prachtig overal » par:

« Que de splendeur aux alentours, »

[Lire la suite]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *