Casselkoeien / Les vaches de Cassel: vers une nouvelle traduction (2.2)

[work in progress]

[<< ° >>] Deuxième strophe (DEDEFF)

§2. Deuxième vers

La première partie du deuxième vers ne pose plus aucun problème, puisqu’il suffit de reprendre la traduction des permiers mots du vers précédent afin de transposer, dans notre version, l’anaphore du texte originel. C’est bien la traduction de la deuxième partie du vers qui s’avère délicate, car il s’agit du début d’une subordonnée sujet introduite par l’adverbe interrogatif hoe suivi du syntagme nominal de huiden (que « définit », au vers suivant, un complément du nom). Or, ainsi que nous l’avons signalé dans une note précédente, la langue française est assez rétive, dans un registre soutenu ou en poésie, à une telle construction. Il convient donc de procéder à plusieurs manipulations.

Nous ne pensons pas pouvoir nous dispenser ici d’une subordonnée parce qu’il nous semble important de conserver, en l’état ou après une adaptation, un verbe qui puisse corresponder au luiden en fin de s2-v4. Ce choix, presque pris par défaut, est en réalité louable puisqu’il permet de rester le plus proche possible de la construction syntaxique originelle. Le texte en langue-cible différera de celui en langue-source, sur le plan syntaxique, dans la manière d’introduire la subordonnée: « en ce que » plutôt que « comment » ou « comme ». Notre proposition est certes un peu ampoulée, une formulation somme toute propre à la dialectique, mais elle paraît acceptable ici parce que le poème de Gezelle est rédigé dans une langue, sur les plans lexical et syntaxique, qui sort de l’ordinaire. Nous nous avions d’ailleurs réservé la possibilité de recourir à un registre soutenu en français pour avoir une correspondance en langue-cible avec les propriétés supérieures du texte en langue-source.

Le dernier problème à régler est celui de la traduction de huiden, concurrent lexical de vel. Le contexte nous permet de songer à « pelage » et à « robe », notamment. Cependant, la métrique et la rime ne nous autorisent pas ces deux mots. En effet, la deuxième partie de cet ennéasyllabe doit comporter 5 syllabes, puisque l’anaphore en première partie en compte déjà 4. Notre traduction du subordonnant nous en coûte 3, ce qui ne nous laisse plus une marge de manoeuvre que de 2 syllabes. Or il nous faut impérativement traduire le déterminant de qui anticipe le complément du nom en s2-v3, soit de nouveau une syllabe en moins avec le recours à l’article défini pluriel « les ». Par conséquent, nous devons trouver un monosyllabe pour traduire huiden et, fort heureusement pour nous, « peaux » est l’exact équivalent du termes néerlandais. De plus, parce que ce mot, au mieux, se présente comme une combinaison /po/ et, au pire, se termine par /o/, « peaux » a l’avantage de nous offrir plus de liberté  pour traduire la fin de s2-v4 qui doit rimer avec lui; « pelage » et « robe » auraient autrement compliqué le choix d’un verbe conjugué qui puisse rimer avec l’un ou l’autre.

Pour traduire « ‘t is prachtig, hoe de de huiden », nous proposons donc:

« Que de splendeur en ce que les peaux »

[Lire la suite]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *