Casselkoeien / Les vaches de Cassel: vers une nouvelle traduction (2.3)

[work in progress]

[<< ° >>] Deuxième strophe (DEDEFF)

§3. Troisième vers

Le troisième vers est rédigée dans une langue un peu plus éloignée du néerlandais standard contemporain pour trois raisons. Premièrement, le vers débute par la forme génitif du déictique pluriel die, i.e. dier, qui n’est plus en usage au 21ème siècle. Deuxièmement, le vers se termine par l’épithète liefgetal qui est placée après le nom qu’elle qualifie, contrairement à l’ordre canonique dans un groupe nominal. Troisièmement, cet adjectif n’est plus employé de nos jours.

Il nous semble difficile de rendre compte, dans notre version, de ces trois « anomalies » syntaxiques ou lexicale, quand il faut, avant tout, respecter la métrique de l’octosyllabe cible, la rime et le sens des trois mots à traduire. Les deux premiers ne posent pas de problème. Le déictique génitif pluriel néerlandais sera remplacé, à moindre coût, par un déictique pluriel français précédé de la préposition requise syntaxiquement pour introduire un complément du nom (équivalence française du génitif dans la langue originelle). La traduction des deux premiers mots compte pour la moitié des syllabes de l’octosyllabes, si bien qu’il nous faut trouver un adjectif, ou un groupe de mots à valeur adjectivale, qui signifie le caractère « aimable » des vaches (liefgetal), qui comprenne quatre syllabes et qui rime avec /ur/ (cf. s2-v1). C’est pourquoi nous proposons l’adjectif « dignes » et son complément « d’amour » qui remplissent assez bien les trois conditions susmentionnées.

Notre version de « dier koeien liefgetal » sera donc:

« de ces vaches dignes d’amour »

[Lire la suite]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *