Casselkoeien / Les Vaches de Cassel : Vers une nouvelle traduction (°)

A l’occasion de la sortie de l’ouvrage Polonaises aux champs (Ed. Le Rocher de Calliope / Numilog), le réseau universitaire Les Lettres Européennes a organisé, dans le cadre des Bouquinales d’Hazebrouck le 12 avril 2015, une Table Ronde sur le thème de ces femmes « immigrées dans les campagnes françaises ».

A cette discussion modérée par l’écrivain et critique littéraire Florence Noiville, Guy Fontaine a jugé bon de m’associer pour une approche localiste des questions traitées par les intervenantes Jany Ponty, co-directrice de l’ouvrage, et Monica Siama, contributrice.

La Flandre française, auquel je consacre une bonne part de mes travaux, a effectivement accueilli certaines de ces travailleuses polonaises; plusieurs témoignages, par moi collectés, le confirment, même si, selon la matériau empirique disponible, ils rendent compte d’une vie autrement plus heureuse ou moins pénible que celles des destinatrices des lettres étudiées sous la direction de Sylvie Aprile, Maryla Laurent et Jany Ponty dans l’ouvrage cité plus haut.

Cette terre d’agriculture et d’élevage, où sont venues oeuvrer ces travailleuses immigrées parfois qualifiées -improprement- de « vachères polonaises », n’a sans doute reçu d’hommage plus pittoresquement admirable que celui qu’a rendu Guido Gezelle aux vaches de Cassel dans son poème éponyme De Casselkoeien (1896). Avec raison, à titre d’illustration récréative, Guy Fontaine a demandé au comédien belge Luc Vandermaelen de mettre en voix quelques-unes des strophes du maître brugeois. La musique de la langue rythmée et rimée aurait pu se suffire à elle-même, mais la valeur esthétique de ce texte méritait que le sens en soit rendu accessible aux auditeurs non néerlandophones.

Or la version française lue par Luc Vandermaelen se trouve être une traduction dont Philippe Masingarbe m’avait chargé, voici dix ans, pour rendre intelligible aux lecteurs francophones le texte néerlandais originel qui accompagnait plaisamment une contribution d’Albert Masurel sur la vache flamande parue dans les Annales du Comité Flamand de France1.

Sans remettre totalement en cause l’utilité de ma traduction, ni ses éventuels mérites, il me semble possible, sinon souhaitable, d’apporter des améliorations substantielles à ma version, en particulier en ce qui regarde la rime et le rythme. Enhardi par la bonne réception2 de ma récente traduction d’un autre poème de Gezelle sur la Flandre française3, j’entends m’atteler – si j’ose écrire – à un bien stimulant labeur, celui de reprendre ma traduction pour tenter d’imiter la paisible cadence chaloupée du texte originel.

La série de billets que je commence ici se présentera donc comme un reportage, dans mon atelier virtuel de modeste artisan des mots, sur la fabrication, étape par étape, d’une contrefaçon par translittération.

Ch. -P. Ghillebaert

[Lire la suite…: s1/s2/s3/s4/s5]

* * *

Notes

(1) A. Masurel, « La vache flamande. Heurs et malheurs d’une laitière d’exception », Annales du Comité Flamand de France, t.61, 2003, pp. 255-276.
(2) B. Denys, « Gezelle wilde het « beteren » op het feest van Vleteren (24 septembre 1895) », Rijmtijd, n°74, mars 2015, pp. 8-15.
(3) Ch.-P. Ghillebaert, « Être et ne pas être à Flêtre. Remarques sur le poème « Tot Vleteren » de Guido Gezelle (octobre 1895) », Bulletin du Comité Flamand de France, n°103, octobre 2014, pp. 24-26.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *