Prise de position à l’égard de la politique linguistique de la Taalunie (14/03/2018)

Version inachevée (en cours de relecture), màj#3, 2018-03-27

Voici notre proposition de traduction1 pour le document intitulé « Positiepaper: De positie van de erkende regionale talen in Nederland » et distribué le 14 mars 2018 lors d’une Table Ronde organisée par la Nederlandse Taalunie à Rotterdam2. Notre traduction est basée sur le texte co-signé de Roeland van Hout, Henk Bloemhoff, Leonie Cornips, Goffe Jensma et Joep Leerssen, tel qu’il a été publié par Leonie Corsnip le 14 mars 2018 à 14h58 sur le site http://neerlandistiek.nl. Ch.-P. Ghillebaert


Le texte de prise de position ci-dessous a été diffusé le 14 mars 2018 lors de la Table Ronde sur la variation linguistique organisée à Rotterdam.

La Taalunie souhaite donner corps à une politique linguistique qui, de manière explicite et positive, soit respectueuse de la variation au sein du néerlandais. Il nous semble important de tenir compte, dans cette approche, du statut spécifique du frison, du bas-saxon et du limbourgeois qui ont été officiellement reconnus langues régionales selon la Charte Européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe.

Nous déplorons le fait que la politique de la Taalunie en matière de variation linguistique trahisse une tendance à ignore le statut social et légal de ces langues régionales et nous appelons la Taalunie à s’engager explicitement à reconnaître leur statut spécifique. Nous avons, à cet égard, les arguments suivants :

  • Argument de l’identité : L’emploi actif des langues régionales dans les interactions quotidiennes et leur position dans les rapports dynamiques de pouvoir représentent une composante cruciale des identités locales / régionales dans la vie active et publique ici en campagne. La construction identitaire via l’usage des langues régionales offre un point d’appui aux Pays-Bas qui sont touchés par une mondialisation rapide : elles favorisent la cohésion, assurent le lien dans les communautés locales et la conscience et le respect de soi dans les zones périphériques des Pays-Bas. Les identités plurielles et la déstandardisation sont des thème importants : les locuteurs de langues régionales et les locuteurs en périphérie connaissent une double marginalisation, tant au niveau de la pratique de leur langue régionale qu’au niveau de leur forme locale du néerlandais (le ‘g’ doux, par exemple)3.
  • L’Argument du droit public : La reconnaissance par les Pays-Bas des langues régionales dans le cadre de la Charte Européenne implique que, en sa qualité d’organisme public compétent, la Taalunie n’a pas le droit de méconnaître le statut de ces langues, qu’elle n’a pas le droit de marchander implicitement ou explicitement à ce sujet dans ses publications, et qu’elle doit tenir compte des politiques élaborées et mises en place au sein des provinces concernées par suite de cette reconnaissance.
  • L’argument d’exclusivité: La Taalunie entend englober toutes les variétés linguistiques qui relèvent de l’appellation « néerlandais ». Du point de vue l’histoire et de la structure linguistiques, il est impossible de délimiter l’aire linguistique de ce que sont les dialectes néerlandais, ainsi que l’ont constaté Weijnen et Goossens dans leur discussion sur la définition de ce que sont les dialectes néerlandais. Les frontières dialectales traversent les frontières territoriales. Il faut définir l’aire linguistique de la langue néerlandaise standard uniquement en fonction des frontières politiques et administratives. C’est pourquoi il est préférable de parler de dialectes et de langues régionales dans l’aire linguistique néerlandaise plutôt que de dialectes néerlandais et de langues régionales néerlandaises. Le néerlandais standard ne comprend pas les langues régionales. Il ne s’agit pas d’une relation inclusive, mais d’une relation exclusive.

  • L’argument du bilinguisme. Les locuteurs d’une langue régionale acquièrent cette langue comme étant leur langue maternelle. Le néerlandais est une deuxième langue maternelle ou il est appris plus tard. Les locuteurs de langues régionales se décrivent comme bilingues. Quand ils emploient leur langue régionale et le néerlandais au cours d’une conversation, ils changent de langue.

  • L’argument de la superdiversité: Dans la conception diffusée par la Taalunie, la variation linguistique des langues régionales disparaît totalement sous la variation régionale dans d’autres territoires (Papouasie-Nouvelle-Guinée, Erythrée, Brésil, Bolivie, Hongrie, Chine) et l’emploi du finnois, du malais, du punjabi, du russe, de l’italien et du tamazight au sein même des Pays-Bas (cf. « Tal van Talen »4.). Il serait abusif d’utiliser un argument pour minimiser le statut spécifique des langues régionales. De plus, la Taalunie utilise à tort le modèle du parapluie selon lequel les langues régionales constituent avec les autres variétés et variations linguistiques ce qui doit être présenté comme un ensemble par opposition au néerlandais standard. Cela se trouve en contradiction avec le droit public et la situation sociale.
  • L’argument du statut: Dans l’aire linguistique néerlandaise, la langue standard est celle dotée d’un statut officiel dans la sphère publique, dans les relations avec l’administration et dans l’enseignement. Cela pourrait laisser penser, a contrario, qu’on considère que les langues régionales sont liées à la trivialité et à la banalité, ce que la Taalunie doit s’abstenir de faire, d’autant plus que les différences linguistiques reflètent souvent les conflits sociaux et donnent lieu à ces conflits. Nous prenons donc nos distances avec la vision malicieuse exprimée dans une brochure telle que « Tal van Talen » : « les dialectes aussi  sont solidement ancrés dans les médias sociaux. Il y a même des sites spécialisés dans les mèmes, images amusantes sur Internet, en langue régionale, comme en brabançon et en limbourgeois ». Les langues régionales sont différentes de la langue standard, non pas inférieures à elle. Les langues régionales ont un statut propre.
  • L’argument des soins. La Taalunie propose aux langues régionales son expertise et son infrastructure. Nous applaudissons des deux mains. Ce modèle des soins exige, en termes de financement et d’infrastructure, une réalité concrète et du contenu, ainsi qu’un fondement régional. La Taalunie ne doit pas seulement intervenir en qualité de protecteur ou gardien symbolique de la variation linguistique ou des différences linguistiques, mais elle doit se mettre au travail, de manière active, tendant une oreille attentive, avec les groupes de locuteurs et les organisations sur le terrain, en reconnaissant l’autonomie des langues régionales. Cela devrait conduire à une politique active dans le domaine de la variation linguistique et à une politique en matière des langues régionales qui réponde aux souhaits et besoins des locuteurs.

 


Notes

  1. NdT:Nous avons pris la liberté d’ajouter des illustrations et des notes infrapaginales absentes du texte originel pour une lecture moins « aride » de notre traduction []
  2. Aucune information sur cette manifestation n’était disponible sur la site de la Taalunie. Une brève annonce publique a été postée, a posteriori, le 23 mars 2018. Elle ne comporte ni l’ordre du jour, ni le nom des participants, ni de référence au texte traduit ici []
  3. Le ‘g’ doux désigne les réalisations alternatives des fricatives vélaires sonore et sourde du néerlandais standard, respectivement retranscrite <g> et <ch>. Le flamand-occidental, en particulier dans ses formes françaises, se différencie effectivement du néerlandais standard en ce que les <g> se prononcent habituellement [h], sauf dans un contexte de désonorisation (e.g. proximité immédiate avec une sourde) ou d’amuissement (e.g. le deuxième ‘g’ dans goendag pour beaucoup de locuteurs). []
  4. Nous avons proposé la traduction de quelques passages de ce document dans une autre page de notre carnet []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.