Attention à l’ « aandacht » : les cartes affichées à l’ADVN

version provisoire, non relue, màj#2: 2018-06-12


Le centre d’archives et de documentation sur le nationalisme flamand (ADVN) est une association sans but lucratif de droit belge fondée à Anvers le 21 mars 1984. Reconnu organisme d’archive culturelle national, il est subventionné par le Gouvernement flamand.

L’accès à la salle de lecture se fait par un escalier au bout duquel le visiteur peut voir, accrochées au mur, deux grandes cartes. L’une est intitulée « Sprachen in Europa » (langues en Europe) et l’autre, « Völker in Europa » (Peuples en Europe). Editées par Wulf Köpke et Bernd Schmetz en 2003, elles proviennent du Museum der Völkerkunde de Hambourg (musée d’ethnographie).

La première carte permet de visualiser la distribution géographique d’un nombre supposément exhaustif de langues, indépendamment de leur statut (e.g. langue officielle, langue nationale) ou de leur territorialité (e.g. langues minoritaires, langues transfrontalières). Une légende propose une classification des langues par famille au sein du groupe indo-européen.

Selon cette classification, seules dix langues germaniques sont représentées sur la carte. Sept d’entre elles sont officielles dans des Etats souverains (anglais, allemand, néerlandais, islandais, norvégien, danois, suédois), deux autres le sont dans des entités infra-étatiques (frison, féroïen), la dernière jouissant éventuellement, selon les Etats, d’une reconnaissance officielle sans pour autant avoir de statut de langue officielle (yiddish). La cohérence scientifique de cette classification, autant que son éventuel parti pris idéologique, est discutable.

D’une part, la classification ignore les langues collatérales qui, selon l’approche politique (et parfois sociale, voire académique) dominante, sont identifiées comme les dialectes des langues susmentionnées. Parmi ces langues ignorées, on peut compter quelques langues désormais dotées d’une reconnaissance officielle (e.g. le limbourgeois aux Pays-Bas) qui se détachent de l’immense majorité des langues sans reconnaissance ni statut (e.g. le souabe).  D’autre part, la classification repose sur des termes génériques (e.g. norvégien) qui peuvent ne pas rendre compte de la réalité linguistique et administrative (e.g. nynorsk et bokmål en Norvège)1.

A l’inverse, parmi les langues romanes recensées, en sus de langues officielles d’Etat telles que le français ou le castillan, les éditeurs ont pris le soin de cartographier et légender les zones où se parlent des langues officielles infra-étatiques (e.g. le catalan, le galicien) et des langues plus ou moins reconnues officiellement (e.g. l’asturien, l’occitan). Cependant, la liste est loin d’être exhaustive (e.g. absence du wallon). Les options typographiques retenues (majuscules/minuscules, gras/non-gras, italique/non-italique) suggèrent, à la fois, une diversité de nature ou de fonction et une hiérarchie entre ces langues sans pour autant offrir, au premier coup d’oeil, les clés de la sélection et les outils de la hiérarchisation.

Sans surprise, la distribution du néerlandais en Europe apparaît telle une zone monochrome homogène dans le nord de la Belgique (correspondant à la Flandre et à Bruxelles) et aux Pays-Bas, à l’exception du chevauchement du frison et du néerlandais en Frise. Le nuancier qu’imposerait le représentation des « dialectes » (e.g. flamand-occidental) est évité ici, alors qu’il semble prisé ailleurs pour la zone romane (e.g. en Espagne). A moins d’être ignorant de l’aandacht2 , on trouvera à peine plus étonnant que le néerlandais déborde la frontière franco-belge où, dans trois zones restreintes de l’arrondissement de Dunkerque (département français du Nord), le orange de la langue néerlandaise concurrence le violet de la langue française. Au reste, le néerlandais standard des Pays-Bas et du nord de la Belgique n’est pas en usage dans cette zone ; il ne l’a d’ailleurs jamais été. En revanche, il est exact que des habitants de cette zone, des Français natifs pour la presque totalité d’entre eux, pratiquent encore des formes dites « françaises » du flamand-occidental, quoique de manière particulièrement marginale au vu du nombre supposé3 de locuteurs et dans des circonstances toujours plus exceptionnelles au début du 21ème siècle4.

Examinant de plus près la deuxième carte, tout chercheur astreint à la neutralité axiologique et aux normes scientifiques, même étranger ou indifférent aux querelles académiques sur l’autonomie de tel système idiomatique par rapport à tel autre, se sentirait tenu de formuler de prudentes réserves quant au sérieux des éditions promues par le musée d’ethnographie de Hambourg.

Parmi les « peuples d’Europe », il peut lire « Flamands » (Flamen) et découvrir la présence de ceux-ci au-delà du nord de la Belgique (i.e. l’actuelle Flandre et la région de Bruxelles-capitale) dans deux zones du même arrondissement de Dunkerque précité. Ces deux zones correspondent à peu près à celles où est censé se parler le néerlandais. La  nomenclature graphique de la carte n’autorise pas de subtilités particulières : la population est ici réputée « ethniquement » flamande (du moins dans sa majorité5.). L’on ne manquera pas, dès lors, de s’interroger sur les conditions de production d’une telle carte, à savoir: sur la nature des sources employées par les éditeurs, sur leurs desseins et sur l’origine même de la commande.

Par surcroît, c’est l’affichage de pareilles cartes en pareil endroit qui peut laisser perplexe. La maintenance du lieu, l’acquisition et la conservation des documents, l’organisation de leur accès sont subventionnés par les autorités flamandes, comme si elles avaient externalisé un service « public » hors de leur domaine strict de compétence tout en s’en assurant du bon fonctionnement effectif.

Le subventionnement public (par le gouvernement flamand) de cette association privée (i.e. l’ADVN) reposait, dès l’origine, sur deux conditions6. La première est celle du maintien constant de liens entre l’ADVN et sa « base sociale » (maatschappelijke basis)7 , soit : entre les conservateurs et les acteurs du nationalisme flamand. La deuxième condition portait sur le respect de critères de scientificité et de professionnalisme dans la conservation des documents.

L’analyse proposée plus haut jette un doute sur le respect systématique et scrupuleux de la deuxième condition, sauf à dire que la pertinence scientifique et l’efficacité professionnelle justifient la conservation de telles cartes controversées et en expliquent la valorisation. En tout état de cause, ces deux cartes, éditées au début du 21ème siècle en Allemagne, démontrent que l’aandacht renvoie à une réalité nationaliste (ou nationalitaire) qui n’est limitée ni dans le temps (fin du 19ème siècle) ni dans l’espace (la Flandre belge). Elles témoignent même d’une banalité de l’aandacht, certes à la marge, à l’est de la frontière franco-belge.


Notes

  1. Au reste, la mention du féroïen – en plus de l’islandais – paraît contradictoire avec la logique de classification de la carte. Peut-être est-elle commode, à défaut d’être pertinente, pour des raisons graphiques, puisque le nombre de langues signalées est, ici comme ailleurs, pair []
  2. L’aandacht (« attention » en néerlandais) désigne l’intérêt de Flamands belges, et parfois aussi de Néerlandais, pour le territoire annexé à la France à l’issue de la campagne militaire victorieuse de Louis XIV. Issue d’un courant irrédentiste du 19ème siècle, transmise au 20ème siècle initialement par un groupe de chanteurs belges très rapidement engagés dans la collaboration avec l’Allemagne wilhelmienne, l’aandacht est entretenue depuis par différents mouvements nationalistes flamands (cf. le deuxième point de la partie « Identiteit » de la déclaration de principe du Vlaams Blok) et des mouvements pannéerlandistes. Elle consiste à garantir, en Flandre et aux Pays-Bas, la publicité de l’existence d’une partie putative de la communauté flamande en France, de sa supposée culture et du soi-disant mouvement intellectuel promoteur de cette culture. La redistribution partisane de l’aandacht contemporaine a été rendue possible par le consensus général sur l’indiscutabilité du fondement linguistique des revendications nationalistes flamandes. Contrairement à une idée reçue, l’aandacht n’est pas caractéristique uniquement des groupes les plus radicaux, mais elle est également diffusée parmi des représentants des élites culturelles (e.g. Luc Devoldere, directeur des publications Ons Erfdeel) et, avec une ambiguïté courante, elle est discrètement indissociable de la réflexion développée dans certains groupes élitaires relativement à la coopération culturelle et linguistique entre Flamands et Néerlandais (e.g. Orde van den Prince). []
  3. Il n’existe aucune statistique fiable relativement au nombre de locuteurs. On peut même déplorer l’absence d’estimations sérieuses basées sur une méthode de calcul connue et recevable []
  4. Il s’agit du repère temporel annoncé par les éditeurs de la carte []
  5. Ce type de cartes, dont le fondement est contestable, n’exclut pas la possibilité de coexistence « ethnique », mais il n’inclut pas les minorités à moins qu’elles ne soient significatives, par leur nombre de personnes estimé ou par leur influence supposée []
  6. Cf. https://advn.be/nl/geschiedenis []
  7. Incidemment, il faut noter que le fonds de l’ADVN a été alimenté par des donateurs français, pour la période de 1980 aux années 2000, afin qu’il contienne de la documentation sur des organisations telles que le Parti Fédéraliste Flamand ou Menschen Lyk Wyder. Dans l’organe du Parti Fédéraliste flamand, une pleine page est consacrée à la présentation de l’ADVN (F.J. Verdoodt & F. Seberechts, « L’ADVN et les ethnies d’Europe », Geel enZwart, 1ère série, n°6, 1989, p. 37). Curieusement, c’est à l’ADVN que Hugo Ryckeboer, linguiste flamand belge, a légué ses archives sur le flamand-occidental tel qu’il est parlé en France []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.