[TRAD] Voyage dans le temps

version non relue, màj#0: 2019-01-03

Voici notre proposition de traduction pour l’article de Bart Noels « Reis in de tijd. Het volkstheater van Flor Barbry » posté le 14/12/2018 sur le site https://eurometropolisnews.info. Ch.-P. Ghillebaert


Le « Flor Barbry’s Volkstoneel voor Frans-Vlaanderen »1 donne chaque année une petite trentaine de représentations des deux côtés de la frontière. Le but est d’aider à maintenir l’usage de la langue locale, mais surtout d’offrir au public une agréable soirée. Nous sommes jeter un coup d’oeil.

C’est l’hiver, il fait noir, le temps est décourageant. Les rues de Westouter sont encombrées de voitures. Une foule de gens avance péniblement vers la Salle Utendoale, à l’espace de rencontre au coeur du village. C’est la fête: on boit avant la pièce, à l’entracte et après la représentation. Le nom de la pièce est « De communiefeeste »2. Et beaucoup ont attendu ce moment avec impatience: il n’y a pas un siège libre dans la grande salle. « Est-ce que je vais comprendre », avais-je demandé avant de réserver ma place ? « Oui, si vous me comprenez alors ça ira », m’avait répondu quelqu’un à l’autre bout du fil dans un flamand-occidental truculent.

Tout autour de moi, dans la salle, il y a des couples, des familles, de tous âges. « Bienvenue. Nous allons commencer. Eteignez vos portables » nous dit-on simplement en guise de mot d’accueil ». La mention du téléphone portable est la dernière référence au présent et je fais un voyage de le temps.

« De communiefeeste » se déroule dans les années 1970. La décor est simple: l’intérieur classique d’une maison flamande et une large table. Au milieu de la scène se trouve un communiant, les oncles et tantes ainsi que des voisins sont assis des deux côtés. Nous participons à la fête de communion, depuis le simple début avec la soupe, en passant par le plat principal et les oncles qui « doivent aller faire un tour dehors », jusqu’aux heures tardives où la fête finit bien arrosée. Le dialogue est en langue populaire.

« Ce n’est pas un portefeuille que j’ai, c’est un oignon: dès que je regarde dedans, j’ai les larmes aux yeux ». Ou « Tu ne vas pas rester sur une jambe », quelqu’un lance en ouvrant une énième canette de bière. Les clichés et dictons s’enchaînent. Le public se régale. Les gens regardent, écoutent, rient et, par moments, entonnent des rires tonitruants. « Une soirée amusante et agréable » a été orchestrée et c’est bien de cela qu’il s’agit: de l’amusement sans prétention. « Dieu merci, on se rassoit pour boire un coup ».

La langue employée est passionnante. Elle consiste en un curieux mélange de mots français et de mots ouest-flamands. Et il en est ainsi depuis les années 1950: c’est la langue que parlent et comprennent les gens dans cette région des deux côtés de la frontière, et plus particulièrement les personnes âgées en Flandre française.

C’est avec « En waar de sterre bleef stille staan »3 que le Volkstoneel (issu de la troupe De Verbroedering4.) a franchi la frontière, dès le début pour une pièce jouée à Westouter en 1954 suivie d’une représentation en janvier 1955 à Saint-Jans-Cappel. Il y eut ensuite Boeschèpe, Steenvoorde et l’Abeele. Flor Barbry a été pendant des décennies le moteur de la troupe en tant que metteur en scène, régisseur, acteur et auteur. Il est mort dans les années 1980 mais depuis lors la compagnie a continué à porter son nom. « La vie, c’est comme le théâtre; ce qui compte, ce n’est pas combien de temps cela dure, mais comment cela se passe », pour reprendre une de ses citations. Le Volkstoneel reste encore très familial, avec des membres de la famille Barbry dans le conseil d’administration, sur la scène et dans les coulisses.

L’agenda est bien rempli. En début d’année, la troupe est invitée à Ypres, Houtkerque, à Furnes, au Mont des Cats, à Ghyvelde, à Bambrecque, à Noordpeene et dans d’autres endroits de Flandre française et de Flandre-Occidentale. En presque 70 ans, le Volkstoneel a été reçu avec plaisir dans de nombreuses « salles des fêtes »5 et autres centres culturels. Leur mission de maintenir vivant un dialecte reste toujours d’actualité.

A cette langue spécifique, même la région des Hauts-de-France s’intéresse à présent. En mars 2018, les élus ont décidé de créer un « Office public du flamand occidental » conformément à la promesse électorale du Président de région Xavier Bertrand. Suivant l’exemple des Bretons, la région veut voir comment le dialecte peut être soutenu.

Sur scène, on continue déjà courageusement. Après la fin de la représentation, on garde en tête un cliché on ne peut plus flamand: des hommes une bière à la main peinant à rentrer chez eux, des blagues bien grasses, des femmes qui leur hurlent dessus et un homme qui se fait tirer les oreilles. Au début de la pièce, quand le communiant est rappelé à l’ordre, on entend « Tais-toi et mange ». Les femmes font la popote, se sentent insuffisamment considérées et se lancent des piques.

Ca s’énerve, ça se dispute, et, à la longue, ça fait … rire je suis happé par l’ambiance dans la salle. C’est un voyage dans le temps sur plusieurs plans. Je suis content d’avoir pu en être. Allez donc voir vous-même si votre curiosité a été piquée.

  1. Trad.: Théâtre populaire de Flor Barbry pour la Flandre française []
  2. Trad.: La fête de communion []
  3. Trad.: Et là où l’étoile s’est arrêtée []
  4. Trad.: la fraternisation []
  5. En français dans le texte []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.