René Despicht [bio]

Note en cours de rédaction, màj#0: 2019-02-15



Notice courte


Prêtre et enseignant français (1870-1960).

Premier enseignant de néerlandais des Facultés Catholiques de Lille


Notice complète

Vicaire de 1901 à 1920 dans différentes petites paroisses de la région casseloise (Ochtezeele,
Zeggers-Cappel, Noordpeene), il dut très tôt se retirer des activités pastorales pour raisons
de santé à Winnezeele en 1920, puis à Steenvoorde (de 1925 à la fin de ses jours), et
se consacra entièrement à l’étude et au travail intellectuel.

Auteur d’une vaste oeuvre en langue néerlandaise (poèmes, récits, épopée, études phililologiques), il assuma la presque entière production des textes flamands parus dans les Tisje Tasje’s Almanak de 1900 à 1914.

Membre éminent du jury des concours littéraires et artistiques du Vlaamsch Verbond van Frankrijk, il fut également le premier enseignant de lettres et de littérature néerlandaises en France (cours donné à la Faculté Catholique des Lettres à Lille)


Oeuvres


Bibliographie ^

  • GHILLEBAERT Christian-Pierre, 2007, L’abbé Jean-Marie Gantois (1904-1968), un prêtre égaré en politique, thèse de doctorat en science politique (dir.: Prof. Michel Hastings), Université de Lille 2, Lille, p. xvi & passim.
  • SPANNEUT Michel, 1997, « La fondation de la chaire de néerlandais à l’Université Catholique de Lille et les deux premiers enseignants », Actes du colloque 70ème anniversiare de la Chaire de néerlandais, Lille, Université Catholique de Lille / Katholieke Universiteit leuven – Campus Kortrijk, pp. 7-27.
  • VERDONCK Jérôme, 1961, « Mijnheer Despicht », De Franse Nederlanden, n°3, pp. 8-11.

SOURCE:

Toutes les informations proposées dans cette notice biographique ont été vérifiées par triangulation des sources et/ou par fiabilisation des sources uniques. Le détail des sources employées pour la rédaction de cette note peut être communiqué à tout requérant sur simple demande assortie d’un engagement du requérant à dûment citer cet article de notre carnet de recherches en ligne, par respect pour le chercheur qui s’est astreint à un travail laborieux et minutieux


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.