Légender la démystification d’un mythe

Note de Ch.-P. Ghillebaert, Version achevée, màj#3: 2019-04-07

AG de la FSSNF à Arras (Cl. F. Faucon)
(Cl. Fr. Faucon)

Lors de l’Assemblée générale de la Fédération des Sociétés Savantes du Nord de la France, tenue au congrès du 21 octobre 2018 à Arras, les participants ont eu de fructueux échanges sur la vitalité résiliente des sociétés savantes dans notre région.

A rebours du cliché de cercles surannés de notables ou de groupes improvisés d’« histoire locale », persistants et indésirables contre-exemples qui portent préjudice à la sociabilité et à la production érudites, les sociétés présentes ou représentées au congrès doivent leur vitalité, selon les participants, à la qualité de leurs publications, à l’originalité de leurs sources et à la fiabilité de leurs travaux. Leurs bulletins, annales et actes sont l’attestation publique de leur valeur, mais ces écrits ne leur offrent pas nécessairement une visibilité proportionnelle à cette valeur et une publicité méritée. La question de la diffusion des savoirs savants, alors soulevée, a donné lieu à un débat stimulant et indispensable.

A l’inverse, d’autres organisations jouissent d’une visibilité et d’une publicité sans lien évident avec la qualité, l’originalité et la fiabilité de leurs publications, car ces organisations sont nanties de riches capitaux sociaux et financiers qui leur assurent une couverture large et brillante. Faut-il les compter parmi les sociétés savantes, si elles traitent de sujets spécialisés délaissés par la recherche universitaire ? Parmi les institutions culturelles non-gouvernementales, parce qu’elles s’intéressent aux faits historiques, sociaux, artistiques censés traduire une culture donnée ? Parmi les think tanks ou les groupes de pression, puisqu’elles ciblent surtout les élites décisionnelles et relaient auprès de ces dernières, quoique de façon édulcorée et distinguée, des vues politiques alternatives ?

Faut-il compter, parmi elles, la Fondation Ons Erfdeel dont la publication annuelle Les Pays-Bas français est systématiquement distribuée à titre gracieux à plus d’un élu ou décisionnaire public de Flandre française ?

Depuis 1976, les lecteurs de ce titre bilingue français/néerlandais, lancé par Jozef Deleu et repris par son successeur Luc Devoldere, peuvent découvrir des articles dont la prétention académique a longtemps prévalu contre l’ambition journalistique ou l’aspiration littéraire de ses contributeurs, sans pour autant toujours prévenir ces tentations somme toute vénielles. Dans Les Pas-Bas français, on peut obtenir des données et des pistes d’analyse difficilement accessibles, notamment dans le domaine du régionalisme et du nationalisme flamands en France, lesquelles analyses sont reprises et complétées seulement bien plus tard par les historiens des revues savantes et universitaires. C’est dans ces mêmes annales qu’on a pu découvrir le contenu d’introuvables documents en « flamand », jadis rédigés en France et obstinément sauvés de l’oubli par un prêtre flamand belge très attaché à la Flandre française1. Cependant, tout porte à croire que cette prétention académique a été revue, à la baisse qui pis est, ces dernières années, ainsi que son rédacteur en chef l’avoue volontiers, pour ne pas dire fièrement 2.

La politique éditoriale des derniers numéros des Pays-Bas français ne laisse pas d’interroger tout lecteur qui refuse de transiger sur les règles de base de l’hygiène savante : des sources, des notes, de l’inédit. En l’espèce, l’article de Jean-Yves Méreau dans le numéro 43 de 2018 traduit presque caricaturalement cette politique éditoriale contraire aux attentes du lecteur exigeant. L’auteur des cinq pages rassemblées sous le titre « A propos d’un mythe célèbre » n’est ni un universitaire dont les nom et titre, par suite de son amabilité ingénue, rehausse la revue, ni non plus un observateur dont le statut ou l’emploi, gages supposés de son expertise, dissuade la contradiction.

Journaliste pendant quatre décennies, attaché à La Voix du Nord pendant un quart de siècle, Jean-Yves Méreau avait attiré l’attention d’un lectorat peu habitué à voir associés, dans un ouvrage au ton pamphlétaire, des revendications régionalistes et un ancrage politique à gauche, en particulier s’agissant de la « périphérie » septentrionale de la France. Paru chez l’Harmattan en 2015, Le Nord dans l’âme lui avait donné l’occasion d’exprimer des vues ordinairement développées, par fanfaronnade ou à mots couverts, par des personnalités plus radicalement engagées ou engagées dans une droite plus radicale.

Regrettant la « colonisation française »3 dans le Nord-Pas-de-Calais, Jean-Yves Méreau s’y demandait si les habitants de cette région étaient « vraiment français » : « Nous n’avons que trois cents ans d’histoire commune avec la France ! Une paille au regard de notre longue histoire ! »4. Il y déplorait « l’occupation française… installée dans la durée », « la seule que nous ayons connue », si l’on exempte les « occupations allemandes du XXème siècle »5. Sa dénonciation de la désormais lointaine annexion des provinces du Nord par Louis XIV6 y trouvait un corollaire audacieux dans sa promotion d’une forme modernisée et démocratique d’irrédentisme, comme l’on peut en juger dans l’extrait suivant : « Il faut, même, oser parler de réunification dans une vaste euro-région fédérant, sous une forme à définir, les Pays-Bas, la Flandre, la Wallonie et le Nord-Pas-de-Calais7. La Somme et l’Aisne auront le loisir de choisir entre cet ensemble ou la région parisienne »8.

Certaines lignes, en plus de la méthode nullement objective et de l’intention exagérément laudative, rappellent, chez Méreau, le Blachon de Pourquoi j’aime la Flandre (1921), cité sans surprise dans une bibliographie hétéroclite9 (e.g. « Nous avons toujours rempli nos devoirs envers la France et jamais exigé nos droits »10 ). De l’ancien préfet Georges Blachon, né au régionalisme sous le pseudonyme « Vindex » signant La Flandre prend la parole en 191911, on ignore souvent l’engagement ultra-droitier à la Ligue des Droits du Nord (1926) puis au Centre d’étude/Laboratoire intellectuel Gobineau et son organe Boréal (paru au moins jusqu’en 1932). Il faut supposer que l’adhésion aux idées de gauche devrait prémunir Jean-Yves Méreau contre des idéologies brunes12.

Or donc Jean-Yves Méreau offre à la revue Les Pays-Bas français un article dont le contenu devrait laisser perplexe, sinon embarrassé, plus d’un lecteur averti. Le sujet, à savoir la supposée dette symbolique de la culture et même de la génétique flamandes envers l’Espagne, n’est certes pas inintéressant, il s’en faudrait de beaucoup, mais il n’est pas non plus original, à au moins deux titres. Premièrement, il s’agit d’une version remaniée, à peine augmentée, de l’annexe « En finir avec le mythe espagnol »13 jointe au texte principal de l’ouvrage Le Nord dans l’âme. En témoignent les similitudes, dans le fonds comme dans la forme, entre les deux phrases suivantes, la première (A), extraite de l’ouvrage de 2015 et la seconde (B), tirée de l’article de 201814, choisies entre autres exemples :


Méreau, 2015

A « Lorsque Louis XIV assiège Lille, il trouve devant lui des Flamands, des Wallons et des Lillois, les bourgeois étant en première ligne pour repousser l’invasion française »

Méreau, 2018

B: « Louis XIV assiégeant Lille en août 1667, trouve devant les milices bourgeoises de la ville, des Lillois réunis sous la bannière de l’Espagne pour défendre leur ville contre l’envahisseur français ».

L’on nous objectera peut-être qu’il n’est pas aisé, pour un même auteur, de traiter différemment d’un même sujet dans deux supports éditoriaux distincts. Nous serions presque prêt à concéder ce point si l’article des Pays-Bas français mentionnait, ne fût-ce qu’en une note infrapaginale fugace et discrète, l’apparentement de la contribution à l’annexe susdite, soit : la source dont cette dernière découle très vraisemblablement. Sans sourçage, sans ce minimum d’honnêteté intellectuelle, l’éditeur dégrade, au mieux malgré lui, l’auteur presque au rang de plagiaire.

Seulement, et c’est notre deuxième réserve quant à la supposée originalité de l’article paru dans Les Pays-Bas français, il y a plus fâcheux encore de ne trouver, dans un texte sur le mythe de l’influence espagnole, aucune référence au texte pour ainsi dire indépassable, en matière de dénonciation argumentée de ladite influence, que l’abbé Jean-Marie Gantois, sous le pseudonyme de Lucien Beekeman, avait publié dans Le Lion de Flandre en 1944. Son article, intitulé « Une légende qui a assez duré : le mythe de l’influence espagnole en Flandre », paru en deux parties dans des numéros successifs de l’organe du Vlaamsch Verbond van Frankrijk deux mois avant le Débarquement, a été reproduit en 1967 pour être inclus dans De Zuidelijkste Nederlanden, le corpus des textes les plus marquants de Gantois, du moins selon le point de vue de ses amis à l’origine de ce spicilège15. L’article en question est intéressant à de nombreux égards et avait même valu à son auteur, in illo tempore, quelque compliment et encouragement de Louis-Ferdinand Céline16.

Avant d’aller plus loin, soyons précis quant à notre dessein. A aucun moment nous n’oserons accuser ici Jean-Yves Méreau de plagiat (partiel), si bien que Jean-Yves Méreau n’aura aucune raison de nous accuser de diffamation. Passé ce caveat, il faut bien admettre que les ressemblances sont aussi nombreuses que troublantes.

Nous ne dirons rien de la présence, dans le texte de Gantois et dans celui de Méreau, d’une même liste d’items identificatoires flamands indument attribués à l’influence espagnole, car c’est bien le propos des deux auteurs de rapporter les lieux communs de la soi-disant influence espagnole sur les beffrois, les géants, les patronymes, les carillons et les pignons à gradins17. Déjà dans son ouvrage de 2015, Méreau avait dressé une liste plus exhaustive d’items identificatoires flamands/nordistes, laquelle faisait irrésistiblement penser au catalogue fixé par Gantois, notamment dans « testament spirituel »18 ou l’opuscule Laus Flandriae.19 Là encore, l’inventaire autrefois établi par un auteur peut tout aussi bien être effectué par un autre auteur, si cet inventaire est fondé sur de communes constatations empiriques ou appréciations subjectives.

De même, nous ignorerons le recours, par Méreau, à l’exemple des villes d’Arras et de Furnes pour illustrer l’habitude fautive de discerner une influence espagnole dans le style architectural flamand (p. 160), car, ainsi que le rapporte Gantois (p. 336, 332-333, 339-341), cette habitude est enracinée dans la littérature locale et justement critiquée par des spécialistes au 20ème siècle.

Nous ignorerons encore le signalement de la supposée dette des langues wallonnes et picardes envers le castillan, à la page 160 chez Méreau et aux pages 342-343 chez Gantois, puisque leur moqueuse déploration se lit banalement chez plus d’un linguiste20.

Nous ignorerons, enfin, que chez l’un on apprend que Charles Quint « ne parla[it] que peu le castillan » (Méreau, 2018 : 160) quand de l’autre on apprenait que l’Empereur Charles « ne savait pas un mot d’espagnol, quoiqu’il le comprît un peu » (Gantois, 1944 : 346), puisque les historiens de métier s’accordent semblablement sur cette question.

En revanche, nous nous regimberons davantage devant les curieuses proximités de pensée ou d’expression, entre Méreau et Gantois, à propos de l’anthroponymie, de la couleur des cheveux et des yeux des Flamands21, de leur représentation en peinture.

Gantois, 1944

C1 : « Votre nom finit par un o ou deux oo : Flipo, Deroo, Lalo, Salengro ? Votre hérédité n’est pas douteuse, vous descendez de quelque Hidalgo. Vous vous appelez Detrez, Dumez, Potez ? Prière et obligation de prononcer : Detrèz, Mumèze, Potèze, conformément à la prononciation de la noble langue castillane d’où votre patronyme tire son origine » (p. 334)

Méreau, 2018

B1 : « vous portez un nom en OO ou EZ, soyez en sûr, une de vos aïeules a fauté avec un Espagnol » (p. 160)


C2 : « Une Flamande ne saurait avoir les yeux noirs, ni un Flamand les cheveux bruns sans que l’on crie au « Spanjaard » ! » (p. 334)

B2 : « Vous êtes petit et brun aux yeux noisette (…), soyez en sûr une de vos aïeules a fauté avec un Espagnol » (p. 160)


C3: « Les types bruns ont existé en Flandre bien avant que n’y apparût aucun chevalier, mercenaire ou négociant d’Espagne. Il n’est que de jeter un rapide coup d’œil sur les tableaux des Primitifs Flamands. Voyez les personnages qui peuplent les scènes des plus anciens retables et dont les peintres ont emprunté les types aux modèles que leur fournissaient leurs compatriotes » (p. 335)

B3 : « Il en va de même pour les traits physiques. Sur les tableaux flamands du XIVème au XVIème siècle, bien avant l’invasion espagnole, nombre de personnages, sur les volets de retables, sont des petits bruns trapus » (p. 162)


D’autres passages, sur l’improbabilité d’une influence liée à l’« occupation » espagnole, mettent tout autant notre sens critique en alerte.

Gantois, 1944

C4: « cette immigration se limita à quelques officiers et hauts fonctionnaires » (p. 344)

Méreau, 2018

B4: « Il n’y eut pas d’invasion donc pas d’armée d’occupation ni d’administration espagnole (…). Tout juste quelques rares administrateurs ou responsables militaires » (p. 161)


C5: « loin d’hispaniser leur entourage, avaient vite fait de se flamandiser eux-mêmes » (p. 345)

B5: « (…) rares administrateurs ou responsables militaires dont la plus grande hâte était de se fondre à ce pays (…) et de s’assimiler sans plus jamais vouloir retourner en Espagne » (p. 161)


C6: « Cette « redoutable infanterie d’Espagne » était composée, comme toutes les armées du temps, de mercenaires d’origine cosmopolite, mais dont la plupart étaient recrutés dans le pays même. Les plus célèbres de ces bandes étaient celles des « Wallons » et l’on sait que sous ce nom se groupaient les soldats de métier originaires des Pays-Bas tout entiers » (pp. 344-345)

B6 : « Hormis les redoutables tercios (…) les armées étaient composées de mercenaires bien souvent issus du cru, de Flandre, de Wallonie et d’Allemagne, ne parlant pas espagnol » (p. 161)


Nous peinons à croire au hasard, aussi feignons-nous de miser sur la prédictibilité des citations mobilisables, quand nous constatons que les mêmes vers de Hugo22 qui finissent l’article de Gantois concluent une partie du texte de Méreau (p. 163). De fait, l’intention reste probablement identique chez Méreau et chez Gantois, mais la rédaction l’est presque aussi, quand ils s’interrogent sur l’origine et l’importance de cette « légende invétérée » et « tenace » (Gantois, 1944 : 332, 334), « cette légende qui a la peau si dure » (Méreau, 2018 :162).

Gantois, 1944

C7 : « Partout, dans notre type physique, notre architecture, notre parler populaire, nos usages, notre spiritualité même, les traces de la domination espagnole » (p. 332)

Méreau, 2018

B7: « L’influence espagnole dans les noms de famille, les traditions, l’architecture flamande et la langue picarde, jusqu’aux traits physiques des habitants » (p. 160)


C8: « Un problème historique qui reste à résoudre et qui, d’ailleurs, à ce que nous sachions, n’a jamais été étudiée à fond, est de savoir où et comment est née cette croyance, quasi universelle, dans l’opinion française et dont la contagion n’a que trop atteint nos compatriotes eux-mêmes. » (p. 332)

B8: « Mais d’où vient donc cette appétence de nos populations à se trouver des origines espagnoles ? » (p. 162)


C9: « Il en fut ainsi tout spécialement sous la période de la domination espagnole, qui n’a d’ailleurs duré dans le Nord de la  France, qu’environ un siècle et demi, depuis 1526 jusqu’en 1648 pour certaines villes, et 1668 ou 1679 pour d’autres » (p. 346)

B9:« Pourquoi donner tant d’importance à cette seule période de 150, de 1556 à 1714 (1667 à Lille) où la région a appartenu à l’Espagne, de la succession de Charles Quint à la conquête française ? » (p. 164)


Si Méreau semble avoir décelé des documents antérieurs (18ème siècle) à ceux employés par Gantois (19ème siècle) pour tenter de dater l’invention du mythe de l’influence espagnole, il ne progresse pas par rapport à son prédécesseur qui postulait une thèse exactement contraire à celle combattue :

Gantois, 1944

C10: « L’influence, ce ne fut pas la Flandre qui la subit, c’est elle, au contraire, qui l’exerça, et c’est l’Espagne qui en porte les marques » (p. 344)

Méreau, 2018

B10: « C’est plutôt l’Espagne qui devient flamande » (pp. 160-161)

Comme Gantois en son temps, Méreau s’est attaqué – avec raison – à un « mythe » dont on ne doute pas de la rémanence, dans les milieux populaires et au-delà, puisqu’il a survécu jusque dans les milieux culturels contemporains adoubés par de grands édiles23. Las ! Un homme de science devrait incontestablement préférer la notion de « représentations sociales collectives » au terme galvaudé de « mythe ». Mais un homme de science digne de ce nom, ou son éditeur pointilleux, aurait dû préférer légender les esquisses démystificatrices de son travail, admettant ses dettes intellectuelles et reconnaissant ses sources, plutôt que de courir le risque d’être pris pour un parfait dilettante ou un copieur honteux.


Notes
  1. Plus d’un lecteur doit probablement regretter l’externalisation des articles de Cyriel Moeyaert sur le site d’Ons Erfdeel depuis le retrait, en 2015, de la chronique phare de l’édition papier des Annales des Pays-Bas Français. []
  2. A la page 8 de son éditorial du numéro 40 des Pays-Bas Français (2015), Luc Devoldere écrivait ceci : « A l’origine, les Annales avaient une ambition essentiellement scientifique. Leur champ s’est élargi durant ces années. Les contributions scientifiques y côtoient désormais fraternellement des articles journalistiques ». []
  3. Nous reprenons l’expression servant de titre au premier chapitre de la première partie de son ouvrage []
  4. J.-Y. Méreau, Le Nord dans l’âme, Paris, L’Harmattan, 2015, p. 25. []
  5. Ibid., p. 9. []
  6. Ibid., p. 7 []
  7. Quelques semaines après la sortie de son livre, lors d’un entretien au Club de la presse du 3 février 2016, Jean-Yves Méreau déclarait même « Le Nord-Pas-de-Clais n’est pas une région française. Elle n’a que 350 ans d’existence. On ne peut pas dire que ce soit une région française ». []
  8. Ibid., p. 12 []
  9. Outre quelques ouvrages d’auteurs de référence (Pierre Pierrard, Georges Sueur, Louis Trénard, Benoit Mihail), la bibliographie comprend, en plus du livre bien connu de Marc Castres La Flandre au Lion (Westhoek Editions, 1977) et de celui susmentionné de Georges Blachon, trois publications de la maison bretonne Yoran Embanner dont la collection « Le point de vue » est controversée. []
  10. Ibid., p. 22. []
  11. Nous renvoyons à notre article « La culture flamande à France culture », Bulletin du Comité Flamand de France, février 2018, n°113, pp. 2-3. Des éléments biographiques sur Georges Blachon sont notamment disponibles in E. Defort, « Valentin Bresle (1892). Het Frans-Vlaamse regionalisme in de « Mercure de Flandre », 1922-1931 », Les Pays-Bas français, 1977, pp. 11-35 ; B. Mihail, « Le mouvement flamand de France à la lumière de l’histoire culturelle », Revue du Nord, 2005, n°360-361, pp. 633-645. ; P. Marcilloux, « L’anti-Nord ou le péril méridional », Revue du Nord, 2005, n°360-361, pp. 647-672. []
  12. Les plus espiègles de nos lecteurs rétorqueront que les convictions communistes de Maurice Wullens n’ont pas suffi à l’immuniser contre la complaisance envers le IIIème Reich et le collaborationnisme. Cf. la notice biographique de J. Prugnot dans le Maitron (version du 30/11/2010, consultée en janvier 2018). Nous nous garderons, toutefois, d’intenter un procès d’intention rouge-brune à Jean-Yves Méreau []
  13. Dans l’entretien au Club cité précédemment, Jean-Yves Méreau utilise copieusement le matériau de cette annexe pour la promotion un tantinet tapageuse de son ouvrage. []
  14. Les deux citations figurent, respectivement, à la page 9 (A) et à la page 161 (B) de l’une et l’autre sources []
  15. C’est cette version intégrale de 1967, plutôt que la version originelle sériée de 1944, que nous utiliserons plus loin dans notre article, pour des raisons pratiques liées à la pagination unique des citations sélectionnées pour illustrer nos propos []
  16. C’est lors de nos recherches doctorales que nous avions trouvé une lettre de Céline à Gantois, datée du 24 d’un mois postérieur à mars 1944. La lettre, conservée dans la chemise « Correspondance générale » du dossier des Archives Départementales du Nord 1W4032 et par nous signalée à la direction des ADN, est désormais mentionnée dans les biographies de références sur Céline telles que le Céline d’Henri Godard (Gallimard, 2011, p. 355) ou l’ouvrage Céline, la race et le juif d’Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff (Fayard, 2017, pp. 204-205 et p. 858). Ces derniers auteurs s’interrogent légitimement sur l’authentification du destinataire de la lettre par Henri Godard et Jean-Paul Louis, responsables de la publication des Lettres de Céline à La Pléiade, qui « n’avancent aucune preuve pour soutenir leur affirmation ». Il est vrai que Godard et Louis ne se sont guère épanchés sur les conditions d’accès au document originel et n’ont pas mentionné le nom de l’inventeur réel de la lettre référencée 44-16 dans l’édition de la Pléiade (p. 754), assurant que le texte avait été « retrouvé et présenté par G. Richard » dans l’édition 2007 de l’Année Céline []
  17. Ces cinq items sont signalés, dans cet ordre, dans l’article de Méreau à la page 160 et font l’objet d’une mention ou d’un développement, dans l’article de Gantois, respectivement, aux pages 333 et 336, à la page 334, aux pages 332 et 341, aux pages 336 et 352, aux pages 332, 339, 344. Incidemment, Jean-Yves Méreau ajoute à cette liste le potje vleesch quand l’abbé Gantois occulte cette nourriture terrestre dont, au reste, la flamandité ou l’exemplarité de la flamandité n’est perçue comme telle que bien après les années 1960 []
  18. Ce texte a été reproduit dans son intégralité in Les Pays-Bas français, 1976, n°1, pp. 203-209. []
  19. Ce texte de 1944 a été co-publié, avec le sous-titre « Flandre, ce qu’elle est, ce qu’elle veut », par le Werkgroep de Nederlanden, l’association Zannekin et Oranjejeugd en 1998. []
  20. Au reste, à la page 202 de son ouvrage de 2015, Jean-Méreau écrivait : « le seul mot étrange de notre vocabulaire et qui pourrait venir de l’espagnol est agozil, sobriquet pour désigner un rustre ou un lourdaud. Il pourrait être rapproché de alguazil, qui désigne un flic en espagnol ». Or 70 ans plus tôt, ce même exemple apparaissait dans le texte de Gantois, sous la forme d’une citation de Guerlin de Guer « Pour deux de ces mots seulement, il peut y avoir un doute ; ce sont : agozi, au sens de « vilain homme, méchant garçon », qui serait l’espagnol alguazil » (p. 342). []
  21. A la page 335 de son texte de 1944, l’abbé Gantois rapportait aussi, de citation littéraire en citation littéraire, l’idée reçue d’une faute ancestrale féminine, avancée par Méreau, pour expliquer la couleur des cheveux de certains flamands chez qui « s’affirment la victoire oubliée et la longue conquête de l’Espagnol dans ce pays ». Il concluait qu’un romancier attribue une origine espagnole à la chevelure brune des Flamands, « selon que ses préférences sont aristocratiques ou prolétariennes », soit à un « hidalgo », soit à un « valet de tercios » introduit jadis hardiment à « quelqu’une de ses aïeules ». A son tour, Méreau considère l’image de « l’hidalgo dansant le flamenco devant des bergères énamourées sur la place d’un village » comme puissamment romantique chez les propagateurs du mythe de l’influence espagnole. []
  22. « Noble Flandre où le Nord se réchauffe engourdi, / au soleil de Castille et s’accouple au Midi ». Extrait de Ecrit sur la vitre d’une fenêtre flamande (1837). []
  23. Méreau rapporte, dans son texte, que le grand ordonnateur des manifestations de Lille 2004, Didier Fusillier, attribuait bien des mérites lillois aux vertus espagnoles. A la page 28 du document Lille 2004 de 1 à Z by Lille 3000, on peut effectivement lire l’annonce d’une « fête pour se remémorer les origines espagnoles de Lille (las Fallas, des sculptures éphémères brûlées)« . []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.