Recension n°43 Annales des Pays-Bas Français [1948]

Note non relue de Ch.-P. Ghillebaert, màj#0: 2019-05-14


Le dernier numéro des Annales des Pays-Bas français devrait certainement intéresser les collectionneurs, plus encore que les lecteurs soucieux de la fiabilité des informations glanées dans leur lecture. Le tome 43 est, en effet, l’ultime volume en version papier de la publication bilingue de la fondation Ons Erfdeel, bien connue pour le créneau qu’elle propose aux animateurs intellectuels et culturels de l’aandacht.

Le modèle économique originel de la revue n’était peut-être plus assez viable. Il est vrai qu’aux coûts liés à l’impression, sur du papier de très belle qualité, d’articles richement illustrés de photographies et dessins en couleurs, s’ajoutaient d’autres coûts qui pourraient surprendre plus d’un responsable d’édition scientifique ou érudite. Ainsi, quand mainte revue scientifique peine à assurer l’équilibre financier, quand d’autres encore, propres aux éditeurs prédateurs, exigent des auteurs de payer tout ou partie de leur insertion, les Annales des Pays-Bas Français forçaient le respect avec leur politique généreuse de rétribution des auteurs (200€, selon les dires d’un contributeur de cette année par nous interrogé) et de service gratuit auprès d’élus locaux et d’associations de Flandre française.

La politique éditoriale, en revanche, suscitait, en particulier ces dernières années et notamment depuis 2015, moins d’approbation dans le monde universitaire et savant. Parmi les contributeurs de la revue, il s’était toujours trouvé des auteurs peu enclins à respecter les normes académiques ou opérer la rupture épistémologique nécessaire à la production d’articles à la valeur heuristique indiscutable. On doute que le nombre de ces auteurs ait significativement décru ou qu’ait diminué la distance entre leur écrits et les textes académiquement recevables.

L’apparence de valeur heuristique des articles des Annales des pays-Bas Français paraissait désormais tenir moins au respect scrupuleux des normes académiques et exigences épistémologiques qu’au nom de contributeurs issus du monde universitaire et engagés dans la liste hétéroclite de contributeurs. Plusieurs décennies après des articles pionniers sur l’irrédentisme, le régionalisme et le nationalisme flamands en France (qu’on songe aux textes d’Eric Defoort, par la suite professeur à la Katholieke Universiteit Brussels et figure de proue de la Volksunie, puis de la NVA), les articles se sont certainement appauvris avec la raréfaction des notes infrapaginales, déjà affaiblies par la fréquente médiocrité ou même l’absence totale des références bibliographiques ou archivistiques valides.

La livraison de 2018 ne fait pas exception, mais en est l’illustration. Par exemple, c’est en six pages légères qu’Alexandra Petrowski traite le thème délicat « Frontière et identité(s) flamande(s) : une (re)création au tournant des XVII-XIXèmes siècles ». Le pari, a priori risqué, s’avère vite une gageure discutable quand on sait que le texte n’est accompagné d’aucune note, moins encore de bibliographie, alors que l’auteure, docteure en histoire, cite ici Georges Lefebvre, là Philippe Guignet. L’intérêt du sujet est réel, mais la fiabilité et la profondeur de l’article en sont sérieusement affectées. Le texte procède en fait d’une logique rédactionnelle plus propre à la présentation détaillée (de projet) de thèse qu’à celle de l’article original.

Peut-être s’agit-il là d’une tendance encouragée par Luc Devoldere, actuel directeur des Annales des Pays-Bas français, sinon comment expliquer que ce fin lettré, par ailleurs très investi dans la plus étroite coopération culturelle en Flandre belge et Pays-Bas, puisse ne pas avoir remarqué les nombreuses similitudes entre l’article « A propos d’un mythe célèbre. Qu’en est-il de l’invasion espagnole qui aurait marqué nos Pays-Bas méridionaux ? » et l’annexe de l’ouvrage Le Nord dans l’âme paru en 2015. Ces deux textes de Jean-Yves Méreau, publiés à trois ans d’intervalle, présentent, de plus, quelques traits communs avec un vieil article de Jean-Marie Gantois, daté de 1944 et salué par Louis-Ferdinand Céline, ainsi nous l’avons démontré dans une récente note de recherche.

Le procédé est sûrement moins acceptable que celui qui aboutit, chez le politiste Rémi Lefebvre, à proposer un texte de vulgarisation sur l’évolution des forces politiques dans le Nord-Pas-de-Calais. L’évolution en question, brossée à grands traits, porte sur la période très contemporaine, depuis les échéances électorales de 2014 (municipales) et de 2015 (régionales), avec une focalisation sur la métropole lilloise et le bassin minier (la Flandre française, si chère au lectorat-cible de la revue, n’intéresse guère les politistes et géographes dans le sillon de Béatrice Giblin-Delvallet). L’article a au moins le mérite d’épargner au profane un jargon hermétique.

Plusieurs textes présentent un intérêt indéniable, mais le lecteur doit constamment se demander s’il faut les lire en escomptant obtenir des informations et analyses fiables ou en s’attendant au plaisir du divertissement cultivé.

Filip Boury, dans son article sur « Les paysans sur la frontière », soutient ainsi la thèse d’un développement séparé du système agricole de part et d’autre de la frontière, mais reconnaît qu’il n’est pas en mesure de vérifier la validité des informations employées pour sa démonstration ; il ne présente pas sa méthodologie et ne suggère aucune bibliographie. Le résultat, s’il pouvait être validé scientifiquement, confirmerait une nouvelle fois les constatations que Grégory Hamez avait faites dans sa thèse voici 15 ans déjà.

Quant à l’historien Laurent Brassart, il offre aux lecteurs un « essai d’autoanalyse d’une passion partisane » avec un retour d’expérience personnelle sur sa situation de supporter du RC Lens, mais sa démarche introspective, pourtant cautionnée par trois références bibliographiques valables, relève plus du travail d’intellectuel, sensible et plaisant, que de celui du scientifique. Son texte n’est pas sans rappeler celui de l’ethnologue Thomas Beaufils sur les estaminets, paru dans la livraison de 2015, également intéressant, quoique de portée scientifique très limitée.

Avec le texte de Dirk Vandenberghe, les choses sont plus claires et le lecteur sait qu’il lit un reportage de journaliste sur les combats de coq, rémanence culturelle insolite approchée sous l’angle des acteurs. Ni une invitation à l’opprobre animaliste, ni un plaidoyer patrimonialiste, l’article permet se faire une idée d’une pratique presque anachronique à l’époque de l’activisme radical vegan. Le sujet méritait bien un texte.

Celui de Jean-Pierre Hillewaere sur les grandes écoles du Nord-Pas-de-Calais le méritait tout autant, même si on regrettera l’importance presque exclusive accordée à l’ICAM, aux Mines de Douai et à Centrale Lille, au détriment d’autres écoles prestigieuses, d’implantation ancienne ou plus récente, comme l’Ecole Supérieure Journalisme (°1924) ou l’Institut d’Etudes Politiques de Lille (°1991).

Deux autres articles peuvent encore retenir l’attention. Le premier, de Chris Bulcaen, est un portrait du dessinateur de BD lillois François Boucq, avec de belles planches d’illustration, car il traite d’un sujet original. Le second, de Wim Chielens, n’apporte certes rien de neuf sur la littérature spécialisée sur la Première Guerre Mondiale, mais il donne des anecdotes utiles et des photographies toujours précieuses.

En conclusion, le numéro 43 des Annales des Pays-Bas Français confirme la tendance observée ces dernières années, où le comité de rédaction laisse prévaloir l’intérêt topique ou documentaire, incontestable, contre les exigences académiques élémentaires. On voudrait croire que le passage à une version uniquement électronique de la revue, induite par la transition numérique annoncée en novembre 2018, vienne contredire cette tendance. Sans un contre-pied drastique, en effet, la revue numérique risque d’être rangée définitivement dans la catégorie des e-magazines culturels ou touristiques, visités en dilettante, pourvus en articles que personne ne songerait jamais à citer, puis, très vite, boudés par les universitaires inquiets d’engager leur nom et leur réputation aussi vainement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.