[TRAD] « La reconduction de l’enquête sur l’état de la langue néerlandaise lui confère sa force »

version non relue, màj#0 : 2019-09-26

Voici notre proposition de traduction pour le texte de Martin Dessing « De herhaling geeft de Staat van het Nederlands zijn kracht » publié le 25/09/2019 sur le site de Nederlandse Taalunie ( https://taaluniebericht.org/artikel/de-herhaling-geeft-de-staat-van-het-nederlands-zijn-kracht?utm_medium=email ). Ch.-P. Ghillebaert


Le Staat van het Nederlands (« état de la langue néerlandaise ») apporte un éclairage sur la situation du néerlandais au sein de l’aire néerlandophone. La reconduction systématique de cette enquête permet d’avoir un éclairage d’autant plus précis. C’est ce qui fait que l’enquête sur les locuteurs aux Pays-Bas, en Flandre et au Suriname est du plus grand intérêt, estiment les trois coordinateurs de l’enquête.

Le néerlandais reste de loin la langue véhiculaire la plus importante aux Pays-Bas, en Flandre et au Suriname. C’est ce qui ressort de la deuxième édition du Staat van het Nederlands : 85.2% des Néerlandais et 90.6% des Flamands parlent systématiquement le néerlandais en famille et avec les amis. Mais cela ne veut pas dire qu’ils utilisent systématiquement le néerlandais standard: 29% des Néerlandais et 66% des Flamands déclarent parler également un dialecte ou une interlangue. Parallèlement, l’usage de l’anglais dans l’enseignement supérieur continue d’augmenter.

Pour Johan De Caluwe, ces résultats ne sont pas surprenants. « Ils confirment ce dont j’ai pu fare personnellement l’expérience », explique le coordinateur de l’enquête pour la Flandre. « Voici ce que j’ai observé à l’Université. Bien que les décrets du gouvernement flamand limitent précisément la quantité d’anglais qu’on peut employer en Licence, si bien qu’on enseigne moins en anglais, je constate une plus grande anglicisation de l’université, depuis le marketing et la documentation qui sont désormais régulièrement bilingues, jusqu’aux hangars à vélos avec maintenant un affichage bilingue ».

Ce professeur de linguistique néerlandaise, rattaché à l’Université de Gand, insiste particulièrement sur la valeur de l’enquête sur la situation de la langue néerlandaise. Et surtout sur la demande d’une règle d’airain à propos de l’utilisation du néerlandais et des autres langues au sein de l’aire néerlandophone.

« Plus ces enquêtes sont fréquentes, plus les informations obtenues sont précieuses, parce que nous pouvons ainsi décrypter les évolutions. C’est pour cela que, depuis vingt ans, nous regardons, avec quelque peu d’étonnement, les résultats de l’enquête actuelle. Parlions-nous donc aussi peu l’anglais ? Parlions-nous aussi souvent en dialecte ? »

Les coordinateurs de l’enquête aux Pays-Bas et au Suriname partage ce point de vue. Frans Hinskens, chercheur en linguistique variationniste à l’Institut Meertens à Amsterdam et enseignant en variation linguistique et plurilinguisme à l’Université Radboud à Nimègue, et Sita Doerga Misier, coordinatrice des enseignements de néerlandais à l’Institut de Formation des Enseignants à Paramaribo, ne sont pas non plus surpris par les résultats de l’enquête, mais ils soulignent le grand intérêt de cette enquête sur la situation du néerlandais.

« Il y a différentes causes », résume Hinskens. « Premièrement, des causesculturelles au sens large. La diversité culturelle implique aussi une diversité linguistique. Il faut savoir ce que cela veut dire précisément et dans quelle mesure cela concerne les langues. Deuxièmement, il y a des causes sociales. Nous voulons qu’ au sein de l’aire néerlandophone tout le monde ait accès à la société. La langue est un outil essentiel pour y avoir accès. Si on ne maîtrise pas la langue standard, on ne peut pas faire vivre la démocratie et y participer. Du coup, c’est intéressant d’avoir une bonne idée de comment se porte la langue ».

De son point de vue, tous les chiffres issus de l’enquête constituent des données très pertinentes pour la prise de décision. « C’est une bonne chose, à plus d’un titre , de proposer un enseignement universitaire en anglais. Mais on ne se pose pas vraiment la question de savoir quand c’est nécessaire de le faire et quand ce n’est nécessaire. L’enseignement supérieur s’anglicise sans que personne ne se pose de question. Cette enquête qui, par exemple, montre aussi que l’opinion publique est maintenant moins favorable à cette anglicisation, contribue par la même occasion à faire prendre conscience de la situation pour plus de vigilance de la part des responsables d’enseignement. »

De plus, l’enquête est très précieuse parce qu’elle offre de nombreuses nuances avec ses nombreux angles d’approche. Il suffit de voir l’usage des langues régionales et dialectes. Elle montre que 12.4% des Néerlandais parlent en dialecte avec leurs parents et 4.4% avec leurs enfants. « Si la tendance se confirme, le dialecte sera très marginal dans trois générations. On voit aussi qu’il n’est guère employé dans les réseaux sociaux. Mais, en revanche, – et c’est clairement énorme – 40% des Limbourgeois déclarent parler limbourgeois à l’hôpital. De ce fait, le dialecte joue donc bien encore un rôle important »

(…)

Cette édition du Staat van het Nederlands fait voir quelques changements remarquables par rapport à la première enquête. C’est le cas du frison: visiblement plus d’enquêtés déclarent parler cette langue constamment ou en plus du néerlandais: 59.5% contre 42.8% auparavant. C’est aussi le cas de l’anglais, en perte de vitesse dans les réseaux sociaux: aux Pays-Bas on passe de 27% à 23.3%. Selon les chercheurs, il faut cependant nuancer ces chiffres.

« Cette fois, il y a eu bien plus de participants originaires de Frise par rapport à la précédente enquête », précise Hinskens. « Comme les participants peuvent s’inscrire, il arrive que des militants pour le frison, qui, par exemple, estiment que le frison doit être la langue de l’enseignement professionnel supérieur, remplissent le questionnaire. C’est un effet dont il faut tenir compte lors de l’interprétation des résultats. En ce qui concerne les réseaux sociaux, nous savons que les utilisateurs de Facebook sont à présent en moyenne plus âgés et eux seuls écrivent moins en anglais sur la toile ».

C’est aussi pour cette raison qu’il est très important de reconduire l’enquête. Tant qu’on n’observe pas de changement d’une enquête à l’autre, on ne sait pas que les pratiques ont effectivement changé. « En élargissant toujours plus l’enquête, on peut avoir une image de plus en plus nette de la situation », ajoute De Caluwe. « A partir du moment où on interroge plus de personnes issues de l’immigration, pour qui le néerlandais est la deuxième ou troisième langue, on voit bien comment le néerlandais fonctionne en tant que langue -dominante- dans un environnement plurilingue. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.