Lettre de J.-M. Gantois à Y. Fouéré du 19/07/1962

Le texte ci-dessous est établi d’après le document originel daté du 19/07/1962 à Lille, signé par Jean-Marie Gantois et adressé à Yann Fouéré, tel que nous l’avons consulté [?en 2002?] aux archives « De Franse Nederlanden » de l’Université de Leuven (campus Courtrai). La cote exacte peut être communiquée sur demande motivée. Le présent document est répertorié ici comme suit: corr/1962-07-19/JMG/YF. Ch.-P. Ghillebaert


Lille. Rue de Lens 41 bis

                                               Le 19 juillet 1962

Mon cher ami,

                Mon retard à vous répondre a été long, une fois de plus. Mais, cette fois, j’ai, peut-être, quelque excuse particulière. L’adresse ci-dessus vous indique que l’exil pour moi s’est terminé et que j’ai regagné le pays, et sa capitale – et en sa Capitale l’endroit idéal où mon rêve, sans doute, aurait choisi d’atterrir : le quartier de l’université, du Musée, du monde professoral, étudiant, médical (et même… préfectoral). Il ne m’a pas fallu longtemps, pour m’y habituer, un peu plus pour m’emménager (ceci n’est pas encore achevé, et le déménagement n’a pas été rien). Votre cher bouquin m’a suivi ici. Je l’ai dévoré, entre deux caisses à demi déballées, et j’ai admiré – une fois de plus – votre rare talent de synthèse, combien enviable. Les c.-r.1 commencent à en paraître. J’en ai lu plusieurs dans la presse flamande, sans préjudice de ceux que j’espère faire paraître. Est-ce, « bretonnement » (si vous me permettez le mot !) un succès libraire ? Votre p. 153 2 est en ce qui me concerne d’un léger pessimisme quelque peu dépassé (interdiction de séjour… Non, l’amnistie quasi-totale (totale en un cas comme le… nôtre) n’a quand même pas été faite pour les chiens. Mais votre texte n’en demeure pas moins pour usages apologétiques tout à fait très bien…

J’ai eu le plaisir de voir l’ouvrage, au centre de tout un étalage consacré à la Bretagne, à la vitrine de la principale librairie lilloise : Le Furet, Grand’Place.

J’ai lu les trois premiers nos de la France fédérale et me demande, comme vous, ce qu’il en sortira de sérieux. Ma surprise ne fut pas mince d’y trouver un nom, qui s’est toujours distingué jusqu’ici par l’adhésion la plus enthousiastement servile à tout ce qui est le jacobinisme officiel (alimentaire et… décorateur) : ledit personnage, truculent du reste et peut-être sans méchanceté, brûle aujourd’hui ce qu’il a, toute sa vie, adoré… On commence à être habitué à ces palinodies.  Pas graves bien sûr, mais ce n’est guère pour mettre en confiance.

L’interfédérale Européenne serait quelque chose de bien mieux… si elle sort des langes. Ce serait là la réalisation d’un de nos vieux rêves.

A l’occasion… redonnez-moi l’adresse d’Enbata, que je vous ai passée, en omettant de la noter pour moi-même…

En communication confidentielle ce P.-S. (=pessimisme ?) dont vous reconnaîtrez l’écriture… Est-ce à ce point ?

 Mon bon souvenir à Madame Fouéré. Une pensée à chacun de vos enfants.

Il me réjouit de penser que Lille étant sur la route des peuples j’aurai le grand plaisir de vous revoir de temps à autre.

Bien cordialement à vous.

            J.M. Gantois.


NOTES & COMMENTAIRES DE Ch.-P. GHILLEBAERT

  1. Abrévation pour compte rendu []
  2. Voici le passage de la page 153 auquel renvoie la lettre: « La Flandre eut ainsi la chance, qui fut refusée à la Bretagne, de bénéficier d’un procès à grand spectacle qui fut en fait celui du « régionalisme » flamand. Au cours du procès, les accusés eurent beau jeu de démontrer qu’aucune des accusations de collaboration portées contre eux n’était juste, et qu’ils n’avaient fait que continuer à défendre sous l’occupation les intérêts et la personnalité de la Flandre de France exactement comme ils le faisaient avant la guerre. La principale personnalité visée par l’accusation était l’abbé J.-M. Gantois, secrétaire général fondateur du Vlaamsch Verbond, et son animateur incontesté. Contre lui un acte d’accusation de cent cinquante pages et un réquisitoire de deux jours demanda la peine de mort. Tout au long du prcès l’abbé Gantois prit la reponsabilité totale du mouvement, affirma qu’il considérait comme un honneur d’être poursuivi pour les idées auxquelles il avait consacré toute sa vie, et prouva qu’il n’avait aucune raison d’être « ni coupable ni repentant ». Malgré ses efforts, l’accusation ne réussit à arracher aux jurés flamands de la Cour de Justice qu’une condamnation au minimum de la peine, soit cinq ans de travaux forcés pour l’abbé Gantois, et des codnamnations variant de un an à quatre ans de prison pour les autres accusés. § Sorti de prison, l’abbé Gantois fut naturellement interdit de séjour, et le demeure théoriquement encore. Mais il ne le fut pas seulement dans les quatre départements où s’étendait l’action de la Vlaamsch Verbond, c’est-à-dire dans le Nord, le Pas-de-Calais, la Somme et l’Aisne, il fut aussi dans treize autres ! La liste de ces derniers est éloquente : les cinq départements bretons, les deux départements alsaciens, la Moselle (soit la Lorraine de langue allemande), les deux départements de la Savoie, les Alpes Maritimes et les Pyrénées Orientales (soit le comté de Nice et la Catalogne) et les Basses-Pyrénées (Pays-Basque). Cela illustre mieux qu’un long discours, mieux que n’importe quelle condamnation par les tribunaux d’exception, le véritable esprit de la répression et le sens qu’elle revêtit. Dans tous ces pays qui ont conservé soit une foi religieuse vivace, soit un mouvement particulariste, soit les deux à la fois, l’abbé Gantois avait noué des relations et possédait des amitiés. Ainsi se trouvait dénoncé le véritable ennemi de la nouvelle République jacobine : la ceinture allogène de la France, ces foyers réfractaires au dogme de l’une et indivisible, ces repaires de nos modernes girondins : seule la Corse avait été oubliée dans l’énumération. » (Yann Fouéré, La Bretagne écartelée (1938-1948), Paris, Nouvelles Editions Latines, 1962, pp. 152-153). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.