Lettre de J.-M. Gantois à Y. Fouéré du 12/03/1968

Le texte ci-dessous est établi d’après le document originel daté du 12/03/1968, envoyé depuis Lille, signé par Jean-Marie Gantois et adressé à Yann Fouéré, tel que nous l’avons consulté [?en 2002?] aux archives “De Franse Nederlanden” de l’Université de Leuven (campus Courtrai). La cote exacte peut être communiquée sur demande motivée. . Le présent document est répertorié ici comme suit: corr/1968-03-12/JMG/YF. Ch.-P. Ghillebaert

Lille. Rue de Lens 41 bis

                                               Le 12 mars 1968

                                   Mon cher ami,

C’est avec un vif plaisir que je reçois votre lettre. Si je comprends bien, N. U. passerait me voir. C’est avec grand plaisir que je ferais sa connaissance, et si je puis lui être utile, ce sera, de ma part, avec grand plaisir. – Je me demande toutefois, non sans curiosité, ce que nos bons Wallons, en l’occurrence, lui… chanteront comme refrains fédéralistes. Tout ce que je puis lire de la campagne électorale là-bas montre que les Wallingants, y compris ceux qui se déclarent, proclament et déclament tout ce qu’il y a de plus fédéralistes [sic], se sont empressés (Périn et Bologne en tête) à conclure une entente et à former un front commun avec les « Francophones » (Bruxellois anti-fédéralistes), avec et y compris cartel (pour la récupération des voix) en diverses circonscriptions entre ce « Rassemblement Wallon » (qui groupe tous les « partis » wallons) et le « Front des Francophones ». Il s’agit à tout simplement d’une alliance passionnelle contre tout ce qui est flamand. La Volksunie a pourtant adressé un message au peuple wallon, dans la perspective d’une alliance fédéraliste. Ce projet échoue… comme tous les autres du même genre depuis 1945. – Personnellement, je n’en suis nullement surpris. J’ai trop et trop bien entendu les Wallons dire et redire : « tant que la centralisation a joué à notre profit, nous étions partisans du régime centralisé… Maintenant que ces positions sont intenables, nous sommes fédéralistes convaincus ». – Mais ceci est, de ma part aussi, un refrain, un refrain pessimiste, que vous aurez la bonté d’excuser.

Je sais avec admiration votre activité. J’ai remis à Notre Flandre – Zuid-Vlams Heem1 un « placard » à insérer pour annoncer L’Europe aux cent drapeaux. Mais quand la revue paraîtra-t-elle ? Nos jeunes (les générations qui me suivent) se heurtent à des difficultés que la mienne n’a pas connues. – J’ai distribué pas mal de prospectus pour le futur bouquin. Il y a toujours possibilité pour moi d’en diffuser d’autres.

Un grand merci pour le c.-r. si sympathique que vous avez fait de De Zuidelijkste Nederlanden dans L’Avenir. J’y ai retrouvé votre gentillesse inégalable et votre inamovible amitié.

Paul Sérant m’a écrit au sujet du nouveau livre de R. Lafont, Sur la France (Gallimard), préfacé par Madaule. Il est spécialement offusqué de ce que l’auteur ignore les travaux précédemment parus, de Héraud, de vous et de lui, et stimule de tout découvrir… pour sa part !

Quel plaisir ce serait pour moi de vous rencontrer. Mais je suis tenu ici par toutes sortes de fils à la patte – et c’est en esprit seulement, hélas, que je rencontre bien de mes amis. Votre séjour en Bretagne tire vers la fin peut-être ? Au retour en Irlande veuillez présenter mon souvenir respectueux et cordial à Madame Fouéré.

            A vous, en toute amitié.

            J.M. Gantois

  1. Le passage en italique correspond à un passage souligné dans la lettre originel. Les autres passages en italiques dans le présent le sont également []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.