La dialectologie néerlandaise : carte à la traîne ou tarte à la crème ?


Note relue et révisée, màj#0: 2020-09-03


Reconnu comme langue régionale de France par le Ministère de la Culture, le « flamand » pratiqué en France est identifié par les linguistes comme étant du flamand-occidental, même s’il présente des particularités suffisantes pour justifier l’appellation « flamand de France »1. Faute de filière spécifique en France et en l’absence de programme de recherche, la connaissance scientifique du flamand-occidental de France2 repose essentiellement, sinon presque exclusivement3, sur les travaux de linguistes belges et néerlandais. 

Cependant, les données utilisées pour ces travaux sont pour la plupart issues de collectages menés voici un grand nombre d’années4, voire plus d’un demi-siècle5, auprès d’un nombre restreint de locuteurs, par généralement un seul chercheur6, selon des méthodes souvent défectueuses ou approximatives. Par conséquent, il s’avère difficile d’avoir des informations fiables sur le « flamand de France » et, plus encore, de les avoir en langue française. Pis, certains documents académiques faisant autorité contiennent parfois des erreurs d’autant plus étonnantes et graves qu’elles peuvent concerner des éléments lexicaux connus même des locuteurs les moins avancés, voire des non-locuteurs.

En l’espèce, une carte récemment publiée sur le site de l’Institut Meertens, centre de référence en dialectologie/linguistique dite néerlandaise7 donne à méditer sur la suffisance des travaux en dialectologie néerlandaise pour la connaissance du « flamand de France ».

Cette carte illustre la page de présentation d’un webinaire animé par le Prof. Marc van Oostendorp le 7 juillet 2020 et consacré au paysage dialectal des Pays-Bas. Ce webinaire, gratuit sur inscription, inaugurait une série destinée à faire mieux connaître le patrimoine linguistique aux Néerlandais qui, en cette année de crise sanitaire, opteraient pour le tourisme domestique.

Carte publiée sur le site officiel de l’Université Radbout (été 2020)

La carte en question ne se limite pas, en réalité, aux seules frontières terrestres du Royaume des Pays-Bas, mais inclut également la partie septentrionale du Royaume de Belgique et une petite partie du département français du Nord. Elle regroupe dans une seule et même zone la Flandre française et la Flandre-Occidentale que traverse, en pointillés, la représentation discrète de la frontière franco-belge. Le parti pris cartographique n’est pas, a priori, infondé dans la mesure où le « flamand de France » est censé représenter les formes occidentales du flamand-occidental. En revanche, il est surprenant d’apprendre, en consultant cette carte, qu’en Flandre française, la formule de salutation lors d’un départ serait « tot ziens », comme en néerlandais standard.

Or cette information est incontestablement inexacte puisque la formule la plus courante est « toet een naeste keër »8. Elle est même encore familière au-delà du cercle toujours plus étroit des locuteurs, puisqu’elle survit dans le français populaire oral local sous la forme simplifiée /anɔsteke/. C’est d’ailleurs cette forme simplifiée qu’ont choisie les fondateurs de la Brasserie du Pays Flamand pour nommer une de leurs bières, l’Anosteke, conformément à leur stratégie de marketing territorial.

S’il existe bien, en flamand-occidental de France, d’autres manières de se saluer quand on prend congé (« dada« , « toet laeter »9, « toet allicht »10, etc.)11, celle recensée sur la carte n’est en aucun cas en usage en Flandre française. Elle est même, selon nos propres observations, perçue comme un marqueur linguistique utilisée pour identifier l’usager comme étant un locuteur « belge ».

Interpellé au sujet de l’inexactitude de la carte12, le Prof. van Oostendorp nous a précisé que la carte était basée sur des données collectées par l’Institut Meertens dans les années 197013. Attribuant la paternité probable de la collecte des données pour cette zone à Hugo Ryckeboer, alors membre de l’Institut Meertens, il n’a pas pourtant remis en cause la pertinence ou l’autorité de la carte en avançant deux arguments dont la solidité ne résiste pas à la critique. D’une part, il a argué que ce type de cartes ne permet pas d’avoir une représentation détaillée des variétés ou variations. D’autre part, il a rappelé que, de manière générale, les « dialectes » évoluaient et que, dans le cas présent, les informateurs appartenaient à une génération aujourd’hui disparue dont la jeunesse s’était écoulée dans les années 1920-193014. Enfin, il a annoncé une prochaine étude qui devrait permettre de sonder les pratiques contemporaines.

Aucune de ses deux explications ou justifications ne nous semble suffisante pour écarter la disqualification de cette carte sur un plan scientifique.

Tout d’abord, si l’existence d’une variété linguistique a pu être préalablement établie dans une aire géographique sur la base de l’observation d’un nombre jugé suffisant de phénomènes linguistiques significatifs communs, cette existence ne permet pas pour autant d’affirmer que partout dans cette aire se produisent tous les phénomènes linguistiques relevés dans la majeure partie de cette aire ou ailleurs dans cette aire. En l’absence de confirmation formelle, des phénomènes observés dans une zone sont simplement présupposés pour l’ensemble des zones de la même aire. Les cartes isoglossiques ne sont donc scientifiquement recevables qu’à la condition qu’en chacun des points formant l’isoglosse et compris à l’intérieur de la zone définie par cette isoglosse un même phénomène linguistique a pu être observé dans des conditions similaires et à une même période. En l’occurrence, quoique la variété pratiquée en Flandre française soit ordinairement réputée identique au flamand-occidental pratiqué en Flandre-Occidentale, l’utilisation de l’expression « tot ziens » relevée en Flandre-Occidentale ne peut être étendue a priori et systématiquement à la Flandre française dans les représentations cartographiques des variétés linguistiques ; l’existence connue de certaines spécificités du flamand-occidental en France justifie d’ailleurs un surcroît d’attention ou une vigilance particulière quant aux pratiques effectives dans cette zone lors de toute description généraliste du flamand-occidental.

Quant à l’hypothèse de la désuétude actuelle de l’expression « tot ziens » en Flandre française, elle n’est pas vérifiée à ce jour par les témoins consultés15. Sans doute serait-il plus avisé de préalablement vérifier que, dans les enregistrements disponibles, cette expression a vraiment été utilisée par les locuteurs aujourd’hui décédés avant d’envisager d’enquêter sur la supposée extinction d’une expression dont l’autochtonie est mise en doute par les locuteurs contemporains. Du reste, le doute persistant sur l’hypothétique usage passé de cette expression grandit davantage quand on sait que la forme ouest-flamande équivalant à la préposition néerlandaise « tot » est, au moins en France, « toet »16.

Ce cas d’inexactitude, recensé au plus haut niveau de diffusion des connaissances académiques légitimes, entame quelque peu le crédit accordé par principe ou par défaut aux institutions auxquelles le particulier comme le décideur public doit se référer. Une telle inexactitude ou erreur plaide, plus largement, en faveur de la mise en oeuvre d’une politique de recherche spécifique sur le « flamand de France » et pour l’inventaire critique des savoirs disponibles.


Notes

  1. La série d’ouvrages dialectologiques « Taal in stad en land » dirigée par la linguiste Nicole van der Sijs comprend deux titres distincts, Frans Vlaams de Hugo Ryckeboer (2004) et West Vlaams de Magda Devos et Reinhild Vandekerckhove (2005). []
  2. C’est cette expression qu’ont retenue les rédacteurs du Grand Dictionnaire du Flamand-Occidental de France (2018) pour désigner les lexies collectées en Flandre française []
  3. Dans la littérature scientifique sur le flamand-occidental en France, les articles ou ouvrages basés sur des sources primaires et rédigés par des universitaires français sont plutôt rares. En voici une liste mise à jour: S. Babault & L. Puren, « Faire le choix d’une scolarisation transfrontalière dans la langue du voisin : Le cas du « département Nord/Wallonie/Flandre occidentale », in Synergie France, n°4, 2005, pp. 184-193; S. Babault & L. Puren, « Les interactions famille-école en contexte d’immersion ou de submersion: impact du vécu scolaire sur le « déjà-là ». », Glottopol, n°6, 2005, pp. 82-102; Ch.-P. Ghillebaert, « Les élus locaux au chevet du flamand », Annales du Comité Flamand de France, t. 61, 2004, pp. 299-335; Ch.-P. Ghillebaert, « Du flamand pro populo au néerlandais ex cathedra », in Ph. Hiligsman et al., Les études néerlandaises en France et en Belgique, Louvain, Academia Bruylant & Presses Universitaires de Louvain, 2005, pp. 427-442.; Ch.-P. Ghillebaert, « En deçà et par delà les langues : L’utilité des langues non-officielles dans la compréhension des langues officielles apparentées », in F. Argod-Dutard (dir.), Le français et les langues d’Europe, Rennes, Presses Universitaires de Rennes / Les lyriades, 2011, pp. 223-235; Ch.-P. Ghillebaert, « Les Lettres des illettrés flamands », Bien dire et bien aprandre, n°28, 2012, pp. 147-164; Ch.-P. Ghillebaert, « Être et ne pas être à Flêtre. Remarques sur le poème « Tot Vleteren » de Guido Gezelle (octobre 1895) », Bulletin du Comité Flamand de France, n°103, octobre 2014, pp. 24-26; Ch.-P. Ghillebaert, « La communication littéraire flamande au Comité Flamand de France », in Langage et communication dans le Nord de la France à travers le temps, Boulogne-sur-Mer, Cercle d’Etudes en Pays Boulonnais, 2015, pp. 49-59; Ch.-P. Ghillebaert, « Daigner en parler pour dénier un « parler » », Carnets de l’Atelier en Sociolinguistique, n°12, 2018, pp. 81-108;  L. Puren, « Quelle place pour le flamand et le néerlandais dans les écoles du département du Nord ? », in S. Babault & L. Puren, L’éducation au-delà des frontières, Paris, L’Harmattan, 2007, pp. 325-373.; L. Puren, « Le flamand, une langue régionale marginalisée », in J. Erfurt & Ch. Hélot (dir.), L’éducation bilingue en France, Editions Lambert-Lucas, Limoges, 2016, pp. 247-262 []
  4. Les enregistrements disponibles dans une banque de données du site de l’Institut Meertens date de la première partie des années 2000 []
  5. La centaine d’enregistrements disponibles dans la base de données du site de l’Institut Meertens datent presque tous des années 1960 []
  6. C’est le Belge Hugo Ryckeboer (1935-2020) qui a le plus publié sur le sujet, jouissant d’une sorte de monopole en la matière, plus par absence de concurrents que par précellence []
  7. Les données collectées portent sur toutes les variétés germaniques en usage aux Pays-Bas, en Flandre belge et en Flandre française, depuis le frison jusqu’au flamand-occidental, en passant par le limbourgeois. []
  8. Nous avons choisi de recourir à l’orthographe recommandée par l’Institut de la Langue Régionale Flamande et employée dans Le Grand Dictionnaire du Flamand-Occidental (2018). []
  9. trad.: A plus tard []
  10. Trad.: A bientôt []
  11. A ces expressions, on peut encore ajouter « toet dat’t nog een keër staet » (« jusqu’à ce qu’il se dresse de nouveau »), contrepèterie grivoise de « toet een naeste keër« , que quelque facétieux lance parfois avec un air de connivence []
  12. Echange électronique entre Ch.-P. Ghillebaert et M. van Oostendorp le 25/08/2020 []
  13. Nous supposons que M. van Oostendorp fait référence aux données signalées dans la note n°5 du présent texte. []
  14. L’effet génération est d’ailleurs l’explication que M. van Oostendorp avance dans son webinaire pour répondre aux réactions négatives de participants du webinaires qui contestent l’usage de certaines expressions dans les zones cartographiées (cf. notamment à partir de la 5ème minute). []
  15. Nous n’avons pas souvenir d’avoir jamais entendu, dans les années 1980, le moindre client du café « A la Renaissance » à Steenvoorde utiliser « tot ziens » alors même que la majorité d’entre eux étaient nés dans le premier quart du 20ème siècle. A l’extrême fin des années 1990, interrogée sur cette expression que nous avions découverte pour la première fois en Belgique, la tenancière nous a même déclaré que « tot ziens » n’était utilisé que des Belges. Ce témoignage, déjà corroboré par d’autres locuteurs, mériterait certes une vérification à plus grande échelle. []
  16. Il arrive cependant que certains linguistes ou collecteurs amateurs empruntent la graphie néerlandaise pour transcrire les mots ouest-flamands. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.