Casselkoeien / les vaches de Cassel: vers une nouvelle traduction (0)

[<< ° >>]

Texte originel de Guido Gezelle

Aanschouwt mij, hier en daar;
die bende Casselkoeien;
die, louter bruin van haar,
als zooveel blommen bloeien,
in ‘t gers en in de zon, die, zinkend henentiet:
die, rood, het roode veld vol roode vonken giet.

‘t Is prachtig overal,
‘t is prachtig, hoe de huiden
dier koeien liefgetal
van vouwe en verwen luiden;
‘t is prachtig, hoe ze staan, gebeiteld en gesneên,
lijk beelden, over heel die wijde weide heen.

Daar zijn der, roode als vier;
castanjebruin geboende;
naar donkerbaaide bier,
naar bijkans zwart bier doende;
beglinsterd en beglansd: van vel en verwigheid,
gelijk en ongelijk – terwijl de zonne beidt.

Al langzaam langer speelt,
dwersdeur de weidegronden,
‘t zij welker koe een beeld
van schaduw bijgebonden;
en, wangedrochtig groot, in ‘t donker gers, voortaan,
zie ‘k zwarte spoken van gevlerkte koeien staan.

Goên nacht! De zonne beet
ten neste neêr: tot morgen
is al dat verwe heet,
en oogen aast, verborgen:
de koeien zijn voorbij, gedelgd en uitgedoofd,
en… morgen weêr, ontwekt ze ‘t blinkend zonnehoofd.

Remarques préliminaires: la métrique

Le poème de Guido Gezelle se compose de 5 strophes de 6 vers rimés selon le schéma ABABCC DEDEFF GHGHII JKJKLL MNMNOO. Le nombre de syllabes par vers est inégal et régulier, car il varie selon la place du vers dans le sizain suivant un schéma métrique commun: 6-7-6-7-12-12. Le schéma métrique originel n’est donc parfaitement respecté ni dans notre traduction de 2003[1], ni dans celle de Liliane Wouters parue en 1999[2].

De fait, notre version insiste sur le sens poétique des images convoquées par Gezelle, sans aucun égard pour les effets produits dans le texte source par le rythme, la rime, la régularité métrique. Le nombre de syllabes y varie d’un vers à l’autre, sans aucune régularité d’ensemble; la rime y est rare, pour ainsi dire le fruit du hasard. Quant à la poétesse et traductrice belge, elle accorde une réelle attention à la fois à la métrique et à la rime, non sans un écart sensible avec celles du texte originel. En effet, s’il existe bien un schéma métrique dans sa version, il diffère d’une strophe à l’autre: 6-6-6-6-13/12[3]-13/12[3] pour le premier sizain, 6-7-7-6-12-12 pour le deuxième sizaine, 6-6-6-6-12-12 pour le troisième sizain, 7-6-7-6-11[4]/12  pour le quatrième sizain, 6-6-6-6-12-12 pour le cinquième et dernier sizain. De la même manière, malgré un schéma des rimes cohérent, sa version ne se structure pas du tout comme l’orginal: ABCDEE, BFFBGG, HIIHKK, LLMNMN, OOPPNN.

Se pose la question de savoir si le respect d’une métrique identique ou comparable au texte originel est souhaitable et si ce respect est possible[5]. De notre point de vue, la métrique du texte originel revêt une certaine importance. L’alternance de vers en 6 syllabes et de vers en 7 syllabes, avec des rimes croisées, pour les quatre premiers vers de chaque sizain, suivis de deux plus longs dodécasyllabes, semble imiter une cadence lente avec une “imperfection” de rythme qui rappelle l’allure légèrement claudiquante des vaches. Il nous paraît regrettable d’abandonner, dans la version française ce rythme bovin. Or songer à garder une métrique strictement identique à celle de l’original, si louables que soit les intentions du traducteur, n’est guère réaliste, car la syntaxe française est plus gourmande en syllabes que ne l’est la néerlandaise, notamment en matière de complémentation des noms.

La solution que nous envisageons consiste à allonger un peu les vers français, pour nous ménager une marge de manoeuvre plus grande, tout en préservant l’ “arythmétique” des sizains originels. Celle-ci consiste en une série (u+v+w+x+y+z) où u=w, v=x et y=z et où w=u+1 et z=2u, soit u+(u+1)+u+(U=1)+(2u)+(2u), sachant que u=6. Nous nous proposons, pour notre version de 2015, de donner à u’ et à w’ la valeur 8 (i.e. u+2), si bien que le modèle des sizains en français ou (u’+v’+w’+x’+y’+z’) reste comparable au modèle originel avec v’=x’=u’+1=u+2+1=9 et y’=z’=2u’=2(u+2)=16. Pour ce qui est du schéma des rimes, nous tenterons de conformer celui de notre version de 2015 à celui du texte originel, soit: A’B’A’B’C’C’ D’E’D’E’F’F’ G’H’G’H’I’I’ J’K’J’K’L’L’ M’N’M’N’O’O’. La traduction de chaque strophe sera proposée, justifiée et commentée dans les prochains articles.

[Lire la suite…]

***

Notes

[1] Notre traduction est parue in A. Masurel, “La vache flamande. Heurs et malheurs d’une laitière d’exception”, Annales du Comité Flamand de France, t.61, 2003, pp. 255-276.

[2] L. Wouters, Un compagnon pour toutes les saisons/Guido Gezelle, Marseille, Autres temps, coll. “Temps poétique”, 1999. La traduction de Casselkoeien, parue dans ce recueil, avait été publiée dans Annales des Pays-Bas Française, Rekkem, Stichting Ons Erfdeel, 1999, p. 150. Elle est disponible en ligne sur le site de la revue.

[3] Ce vers compte a priori 13 syllabes, sauf à apocoper la finale de “constelle” et de “étincelles“.

[4] Ce vers semble compter 10 syllabes, sauf à considérer une diérèse dans “monstrueusement”.

[5] Nous devons immédiatement écarter l’hypothèse de la possibilité de l’imitation stricte des rimes originelles en raison de l’absence de phonèmes vocaliques longs en français et de la rareté de certaines séquences phonémiques en français présentes dans le texte néerlandaiss originel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.