Discours de Frank Allacker (29/06/1986) au Pélerinage de l’Yser

version provisoire consolidée, màj#5: 2017/06/13

Voici notre proposition de traduction1 du discours2 que Frank3 Allacker , alors président de Menschen lyk Wyder, a prononcé le 29 juin 1986 au 59ème Pélerinage de l’Yser à Dixmude (Belgique)4.


Source: ADVN, Antwerpen

C’est un honneur particulier pour tous les Flamands de France de pouvoir saluer aujourd’hui les Flamands du Nord à l’occasion d’un événement aussi important qui est sûrement autant votre pèlerinage de l’Yser que le nôtre.

Notre communauté néerlandaise doit, en effet, se rendre compte qu’elle ne se sent pas liée par des frontières étatiques inconséquentes, artificielles et même inacceptables.

Nos villes, et vos villes, de Dunkerque, Bergues, Cassel, Bailleul, Douai – ainsi que notre capitale Lille et aussi Arras, font partie des pays bas européens. Cela doit être évident pour tout un chacun.

d

Les frontières modifient le territoire des Etats. Les frontières ne modifient pas le cœur d’un peuple. Nous sommes ici et nous sommes ici chez nous. La séparation effective de 1677 ne change rien au fait que 100.000 flamandophones dans les pays-bas extrême-méridionaux et des millions de Flamands dans les départements français du nord demeurent étroitement liés à la culture néerlandaise et à notre peuple authentique.

Nous n’admettons pas non plus que les hommes politiques de Flandre et des Pays-Bas continuent de nier cela. Notre gouvernement à Paris n’a pas le droit de nier notre culture. Les gouvernements à Bruxelles ou à La Haye n’ont pas le droit non plus de nier cela.

Nous nous rendons compte que la politique communiste nie la culture des peuples. A à peine quelques kilomètres de Dixmude, nous savons et nous sentons que l’Etat français soi-disant démocratique continue de voir d’un bon œil l’extermination de notre culture flamande et néerlandaise. Cet Etat opprime notre langue et occulte notre culture.

Mais cela ne marche pas. Vous connaissez le dynamisme obstiné de nos groupements flamands de France et vous savez que nous réussissons à éveiller la conscience flamande de plus en plus de personnes.

Nos cours de langue gratuits augmentent en nombre, mais augmentent trop peu. Là aussi, du reste, l’Etat français essaie de nous folkloriser et, par-dessus le marché, de davantage nous séparer économiquement et socialement des autres pays bas.

Nous essayons de convaincre nos hommes politiques. Très souvent, pourtant, nous sommes déçus. Plus d’une fois, on nous a promis un important soutien de la part de la Flandre et du gouvernement flamands, nous attendons et nous attendons encore. On ne nous a rien promis de la part des Pays-Bas. Notre solidarité néerlandaise doit-elle rester seulement un concept abstrait ? Devons-nous constater que la culture néerlandais continue d’avoir peur de la puissance française ?

Chers amis,

Nous n’avons pas peur. Mais nous avons besoin du soutien de nos hommes politiques, comme des vôtres. L’action culturelle néerlandaise doit devenir aussi efficace que le rayonnement culturel français. Si cela ne se produit pas, alors il n’y a rien à sauver de la culture néerlandaise dans notre territoire.

Pourquoi la Vlaams Huis5 ne vient-elle pas à Lille ?

Pourquoi aucun secrétariat de la Communauté flamande ne vient-il chez nous ?

La France soutient même la culture française dans l’Etat américain de la Louisiane – et ce n’est là qu’un exemple. Est-ce trop demander à la fois des hommes politiques et des institutions que d’apprendre à connaître notre région ?

Nous recevons de vous tous beaucoup de sympathie et de compréhension.

Notre politique nous laisse tomber. Elle néglige notre culture, notre langue et notre peuple.

Cependant, vos hommes politiques nous laissent tomber aussi. Croyez-moi bien : nous travaillons dur. Mais nous avons le droit de dire à nos autorités : « Vous ne faites rien pour nous, au contraire, vous aimeriez bien que nous disparaissions ! ». Avec la même insistance, nous disons au gouvernement flamand : « Vous nous promettez quelque chose, mais vous ne faites rien… ». Au gouvernement néerlandais, j’ai l’habitude de demander : « Nous connaissez-cous ? », car leur réponse est à chaque tellement courte.

Pélerins,

Source : ADVN, Antwerpen

Je peux bien dire ceci, parce que je crois en ce que l’abbé Gantois a dit6 :

« Je ne suis pas un Flamand de France,

Je ne suis pas un Flamand,

Je ne suis pas un Sud-Néerlandais .

JE SUIS NEERLANDAIS » ((NdT: Frank Allacker avait déjà utilisé cette citation supposée de l’abbée Gantois lors de son discours à la section anversoise du KVHV le 17/08/1985))

f


Notes

  1. Cette proposition de traduction intervient dans le cadre de notre participation à la Section Thématique “Les transformations du gouvernement des langues en Europe et dans le monde” organisée à l’occasion du 7ème Congrès de l’Association Belge (francophone) de Science Politique à Mons les 3 et 4 avril 2017 []
  2. C’est vraisemblablement à la suite de ce discours que le Comité du Pélerinage de l’Yser a décidé d’interdire à Frank Allacker de prendre publiquement la parole aux éditions suivantes, ainsi que le suggère une Lettre ouverte du Cercle Michel de Swaen [s.d.: ca. 1987]. []
  3. Le prénom enregistré à l’état civil est Francis []
  4. Notre traduction est basée sur le texte de son intervention tel qu’il a été reproduit dans Neerlandia, n°90, 1986, p. 164. Le discours est dûment répertorié dans les actualités des “bas-pays” par Dirk Verbeke in Ons Erfdeel, n°29, 1986, p. 619; il a donné lieu à un commentaire empreint à la fois d’ironie et d’inquiétude dans De Nieuwe du 03/06/1986. Une autre traduction de ce discours, vraisemblablement effectuée par Frank Allacker lui-même, est parue dans le n°8 de Vlaamsaktie [organe du Parti Fédéraliste Flamand / Vlaemsche Federalistische Party] en septembre 1986 (pp. 7-8). []
  5. Représentation économico-culturelle de la Flandre avant la création de la Délégation générale de la Flandre. Celle-ci est sise 6 rue Euler à Paris dans un immeuble encore dénommé Vlaams Huis []
  6. NdT: Selon Luc Carton, l’abbé Gantois aurait dit, lors de la fête en son honneur au château comtal de Male le 13 septembre 1964, les mots suivants: “Je ne suis pas un Flamand de France. Je ne suis pas un Sud-Flamand; pas un Flamand. Je suis un Grand-Néerlandais, pas un pannéerlandais. Je suis un Néerlandais” (“Ik ben geen Frans-Vlaming. Ik ben geen Zuid-Vlaming; geen Vlaming. – Ik ben Groot-Nederlander, geen Heel-Nederlander. Ik ben Nederlander”). Cf. H.P. Schaap, “Nogmaals: Wijlen abbé Jean Marie Gantois“, Neerlandia, 72ème année, 1978, p. 292. Toutefois, dans la version publiée du discours de l’abbé Gantois, nous n’avons pas retrouvé cette citation. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.