La Belgique existe-t-elle ? La réponse remarquablement affirmative de Jean-Baptiste Baronian

En matière de pays, il est des amours haineuses, comme celles des nationalistes éperdus de leur patrie et inquiets du monde ; mais il y a aussi des attachements sensibles, comme ceux des observateurs curieux de leurs contrées et prodigues de leurs impressions. Jean-Baptiste Baronian, membre de l’Académie royale de langue et de littératures françaises, se range indiscutablement parmi les amoureux raisonnables qui sondent leurs sentiments, sans aveuglement complaisant, et les étaie dans de plaisants retours d’expérience. C’est là, d’ailleurs, toute l’ambition de l’écrivain et essayiste avec son Dictionnaire amoureux de la Belgique (Plon, 2015)1, un copieux ouvrage où le lecteur trouve, à son rythme, de nombreuses pistes pour cerner une hypothétique belgitude2.

Chacun peut bien avoir sa propre idée de la Belgique, faite souvent d’images d’Epinal. Au nord du Nord, la Belgique est avant tout la Flandre belge, les plages de la Mer du Nord, de la Panne à Ostende, les cités bourgeoises de Bruges ou de Gand. Ailleurs en France, la Belgique se dilue bien vite dans les « Belges » dont Desproges disait, avec une feinte méchanceté, qu’ils « sont appelés ainsi parce qu’ils prêtent à rire »3 : il suffit de songer à Jean-Claude Vandamme… L’humour est sûrement à l’honneur dans la patrie de Benoît Poelevoorde, de l’entarteur Noël Godin et des agathopèdes, mais il y est pratiqué comme une forme d’art.

Car, comme le rappelle Baronian avec un patient agacement, la Belgique ne peut se résumer aux seuls « lieux communs éculés » d’Astérix chez Belges, ni non plus aux évocations des barriques de bière, de frites à foison, de chocolat à gogo ou d’adéquat waterzooï (de poisson uniquement, selon les puristes gantois). Certes, la Belgique et ses Belges peuvent parfois paraître surréalistes : leur guerre de la vache (quinze mille morts, tout de même, pour une histoire de vache volée !), leur fête des chats à Ypres, l’invraisemblable institution d’informateur et, pourquoi pas, le culot d’Amélie Nothomb

Pourtant, à proprement parler, le surréalisme est en Belgique effectivement une forme d’art, exercée avec l’excellence jadis déployée par les primitifs flamands. L’œil s’y repaît de tableaux de Brueghel et de Magritte ; l’oreille s’y enchante des œuvres de César Franck et d’André-Modeste Grétry, rejetons illustres de l’ardente Liège ; l’esprit s’y nourrit des belles lettres d’Henri Michaux et de Maurice Maeterlinck, d’Henri Conscience et d’Hugo Claus. Du reste, c’est un Belge, Maurice Grévisse, qui sanctionne Le bon usage de la langue française que certains Français reprochent à leurs voisins d’Outre-Quiévrain de malmener avec leurs belgicismes truculents/barbares. Incidemment, l’imaginaire bédéphile de tout francophone est dominé par les « créatures » belges : Tintin de Hergé, les Schtroumpfs de Peyo, Gaston Lagaffe de Franquin, le Chat de Geluck. 

Les médias nous avaient déjà rendu familiers quelques Belges incontournables. Sur les ondes on entend aujourd’hui les tubes de Stromae comme hier on vibrait sur les chansons de Jacques Brel. Les télévisions d’aujourd’hui retransmettent les points de Justine Henin, les buts d’Anderlecht et du Standard, ou encore les bravades de Raymond Goethals, comme la radio d’hier commentait les exploits d’Eddy Merckx. Mais Baronian nous propose ici une exploration plus personnelle de la Belgique, sur la base de son expérience intime, quotidienne, réaliste.

Sa Belgique « sentimentale et buissonnière », pour reprendre ses mots liminaires, nous apparaît sous un jour nouveau, là où notre ignorance superbement franco-française nous laissait dans des zones d’ombre, grâce à des personnages haut en couleur et des lieux qui valent le détour. La Belgique cesse de nous être inaccessible puisque, grâce à son Dictionnaire, Baronian nous en offre quelque 280 entrées4.

                                                                                                          Christian-P. Ghillebaert

  1. Jean-Baptiste BARONIAN, Dictionnaire amoureux de la Belgique, Paris, Plon, coll. « Dictionnaires amoureux », 2015, 773 p. (25€). []
  2. Sur l’invitation de Guy Fontaine, président du réseau universitaire Les Lettres Européennes, Jean-Luc Baronian était présent aux Bouquinales d’Hazebrouck le 24 avril prochain. Il y a participé, avec son compatriote Jean-Louis Mignot, ancien diplomate, à une Table Ronde sur la Belgique animée à 15h30 par l’universitaire Christian-Pierre Ghillebaert. Le texte publié ici est la présentation de la Table Ronde proposée en guise de communiqué de presse []
  3. P. Desproges, Les étrangers sont nuls, Paris, Le Seuil, 1998 []
  4. Des exemples d’entrée apparaissent dans la présente recension en gras et soulignés. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.