Réflexion à l’occasion d’un anniversaire (Trad.)

version inachevée, màj#1: 2017-03-29

Voici notre proposition de traduction pour le texte Bezinning bij een verjaardag rédigé en néerlandais et en français par l’abbé Jean-Marie Gantois et publié en 1965 in Notre Flandre (XIIIème année, n°1-4, pp. 5-30)1. Le texte traduit ici est la version écrite du discours que l’abbé Gantois à tenu le 13 septembre 1964 au château comtal de Male à l’occasion d’une fête organisée à son honneur.

dr Ch.-P. Ghillebaert


_ _ _ (…)

[40] (…) En Flandre du Sud, l’idée néerlandaise n’a jamais eu besoin d’être sauvée ou guidée. Elle n’y a jamais été une cause perdue, la situation n’y jamais été désespérée. Même dans des circonstances difficiles, confessons-le en toute sincérité, nous n’avons jamais douté une seule seconde de l’avenir. Nous connaissions trop bien l’histoire de la tradition populaire néerlandaise dans les Pays Bas extrême-méridionaux2 pour en douter.

Les expériences répétées ont confirmé que du mal le plus profond naît le plus grand bien. Chez les gens qui ont en eux quelque chose de viril, quelque chose de l’homme libre, la haine et l’oppression provoquent des réactions salutaires. Cette fois-ci, le sacrifice, consenti dans l’amour, avait pris des dimensions jamais atteintes auparavant. Un nouveau printemps radieux devrait en sortir d’autant plus sûrement.

Lorsque nous avons été trouvés dignes de témoigner, de la plus pure manière, du plus haut bien et du plus saint devoir: la fidélité, le miracle s’est reproduit, ce dont je m’étonne pas.

Avant la persécution, à laquelle nous avons eu l’honneur de survivre, nous étions des Néerlandais à 100%. La persécution a fait de nous des Néerlandais à 2.000%. Cela va de soi.

Alors que nous étions dans l’obligation de ne rien faire d’autre que d’être assis – et bien fermement, qui plus est, de nouveaux membres ont répondu à leur [41]  vocation. L’engagement de forces plus jeunes a eu lieu, à notre propre insu. Cela aussi va de soi.

La raison d’Etat3 a employé contre l’émancipation de la Flandre du Sud l’arme la plus puissante, la plus dangereuse qui existe, à savoir: réduire systématiquement au silence les besoins, les exigences, la propre vie de la Flandre du Sud, l’existence surtout d’un mouvement sud-flamand. En 1944,  une haine folle et aveugle l’a emporté sur ce silence. Une publicité sans précédent nous est échue. Sans cette propagande inattendue, il est plus que vraisemblable que les orateurs que j’ai écoutés avec une joie toute particulière, parce qu’ils sont entrés dans l’association ces dernières années, n’auraient jamais été mis sur la piste du mouvement.

Notre président Jan Klaas raconte comment l’excès même d’excitation anti-néerlandaise lui révélé en 1946 la pensée néerlandaise, dans toute son ampleur et puissance.

(…)

[58] Tout repose dans l’esprit.

Ce qui compte, c’est la pensée

[59]  Nous ne sommes pas des “Français néerlandophones”. Nous sommes des Néerlandais (même si nous parlons picard, soit le français).

Il s’agit de bien plus que de la langue. Il s’agit de l’esprit.

Il s’agit d’infiniment plus que d’une culture, il s’agit d’un peuple.

Aussi forte que puisse être la différence, à bien des égards, entre chacun d’entre nous, entre chacun de nos compagnons de lutte, tous, de convictions, visions du monde, d’opinions les plus diverses – je découvre cette diversité avec satisfaction dans les rangs, à la direction même des Vlaamse Vrienden in Frankrijk4 – tous, sans distinction, tous, d’un même esprit, nous avons choisi

… le parti d’Orange

* * *

(…)


Notes

  1. Ce texte a également fait l’objet d’une deuxième édition, sous le même titre, à l’initiative de l’association Zannekin. C’est la pagination de l’opuscule imprimé par Vonksteen à Langemark [ca. 1966] que nous utiliserons ici. []
  2. NdT: L’expression originelle en néerlandais (de zuidelijkste Nederlanden) n’a pas d’équivalent attesté en français. []
  3. NdT: L’expression française est employée dans le texte originel en néerlandais. []
  4. NdT: Les “Vlaamse Vrienden in Frankrijk” ou, originellement “Vlaamsche Vrienden in Frankrijk” (Amis flamands en France), est l’association créée en 1958 et présidée par Jan Klaas, par ailleurs rédacteur en chef de la revue Notre Flandre depuis son lancement en 1952. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.