Ingérence allochtone dans l’offre linguistique

Version provisoire, màj#0: 2017-04-12

Dans le cadre de notre enquête de terrain sur la coopération transfrontalière entre le nord de la France et la Flandre belge, nous avons présenté les résultats d’une nouvelle avancée dans nos travaux à l’occasion du 7ème Congrès triennal de l’Association Belge (francophone) de Science Politique à Mons le 3 avril 2017.

Correspondant à la deuxième étape heuristique de notre enquête, l’étude à l’origine de ces résultats s’inscrivait parfaitement dans la thématique du panel que les responsables Nuria Garcia & Till Burckhardt avaient intitulée « Les transformations du gouvernement des langues en Europe et dans le monde« .

En effet, notre communication avait pour objet la détermination des acteurs politiques dans la définition de l’offre linguistique dans le département du Nord.

Elle s’articulait autour de trois points:

  • (1) les caractéristiques linguistiques du territoire ciblé par une offre linguistique spécifique;
  • (2) l’historique du paramétrage de l’offre linguistique spécifique;
  • (3) la présentation de l’action politique influant sur cette offre linguistique spécifique

A l’issue de notre démonstration, étayée par des documents de première main et une soixantaine de références bibliographiques, nous avons avons pu conclure les faits suivants:

  1. Paramétrage de l’offre linguistique spécifique
    1. Le contexte actuel de l’offre linguistique dans le Nord est celui d’une concurrence curriculaire accrue.
    2. Les acteurs légitimes de la définition de l’offre linguistique sont les services centraux et déconcentrés de l’Etat.
    3. D’autres acteurs qui entrent en ligne de compte dans la définition de cette offre peuvent être classés en deux catégories: les promoteurs du néerlandais standard (langue vivante étrangère) et les promoteurs du flamand-occidental (langue régionale).
    4. L’inégalité de traitement des contributions catégorielles est corrélée à l’inégalité des recours politiques dont dispose chaque catégorie d’acteurs.
  2. Promotion accentuée du néerlandais
    1. Des acteurs associatifs, politiques et diplomatiques allochtones ont vu leur insistance et leur influence s’accroître significativement depuis la fédéralisation de la Belgique.
    2. Ces acteurs s’emploient énergiquement à (re)valoriser le néerlandais par rapport aux autres langues vivantes étrangères proposées par l’Education nationale dans le Nord.
    3. Ces acteurs semblent avoir imposé, implicitement ou contractuellement, une condition d’exclusivité de cet enseignement du néerlandais par rapport au flamand-occidental
  3. Ressorts de la promotion du néerlandais
    1. L’hypothétique accommodation autochtone (Education nationale) d’une proposition allochtone (Flandre+Pays-Bas) n’est pas vraiment confirmée en raison de la survivance d’un courant pannéerlandiste/irrédentiste en France à l’origine très vraisemblable de la proposition allochtone.
    2. L’accommodation allochtone généralisée (réseaux associatifs et politiques flamands belges) d’une proposition autochtone minoritaire (militants radicaux français) est confirmée.
    3. Les intérêts allochtones de l’acceptation de la proposition d’offre linguistique sont de 3 ordres:
      1. intérêts politiques: conformité aux modèles idéologiques et militants hérités (aandacht); conformation au modèle nationaliste classique de recherche d’un hinterland.
      2. intérêts corporatistes: développement de filières d’enseignement du néerlandais; recherche de débouchés pour la production littéraire et artistique en langue néerlandaise.
      3. intérêts économiques: développement des échanges économiques courts entre l’aire néerlandophone et l’aire francophone; externalisation des coûts linguistiques de la concurrence économique.
    4. Maîtrise incomplète de l’offre linguistique par la France
      1. La France délègue légitimement aux instances flamando-néerlandaises la compétence linguistique et, dans une large mesure, pédagogique en matière de langue vivante étrangère en ce qui concerne le néerlandais
      2. La France délègue illégitimement, par inadvertance ou par effet d’une influence, aux instances flamando-néerlandaises la compétence linguistique en matière de langue régionale en ce qui concerne le flamand-occidental.
      3. L’offre linguistique dans le Nord est biaisée en raison d’une importante ingérence allochtone en faveur d’une langue vivante étrangère, à savoir : le néerlandais
      4. L’offre linguistique dans le Nord est discriminante en raison de l’ignorance autochtone d’une langue régionale, à savoir le flamand-occidental, dans un contexte national d’enseignement public de la majorité des autres langues régionales.

Le texte de notre communication fera l’objet de réajustements éditoriaux en vue de sa prochaine publication.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *