[TR] Langues régionales: quand finira le temps du mépris ? (25/06/2017)

Version provisoire, màj#3: 2017-07-15


A l’occasion du vingtième anniversaire de la création de la Villa Marguerite Yourcenar, l’un des 7 équipements culturels du Conseil Départemental du Nord, le conseiller littéraire Guy Fontaine1 a choisi d’accorder, en plus des activités culturelles et intellectuelles de la journée, une attention particulière aux deux langues régionales parlées dans le Nord. Les visiteurs ont ainsi pu faire la connaissance, ou améliorer leurs connaissances, du flamand-occidental et du picard de trois manières différentes.

Stand commun “Langues régionales du département du Nord”

Toute la journée, des membres de l’Agence régionale pour le Picard et de l’Institut de la Langue Régionale Flamande ont présenté les actions en faveur de la défense et de la promotion des deux langues régionales du Nord et mis à la disposition des intéressés une documentation variée et documentée. Les ouvrages proposés à la vente au stand dédié attestaient la survivance d’une littérature en langue régionale.

Ateliers de découverte et d’initiation aux langues régionales

De 15h à 16h30, deux ateliers de découverte/initiation étaient ouverts à un public mélangeant les curieux du jour2 et les passionnés de toujours3. Les amateurs de picard ont participé aux activités animées par le serial crieur Gildo, un slammeur picardophone. Le flamand-occidental a fait l’objet d’une présentation interactive par Philippe Simon, linguiste, à partir d’un commentaire de De kraeie en den vos.

Table Ronde: “Langues régionales: quand finira le temps du mépris?”

De 16h30 à 18h00, Christian-Pierre Ghillebaert a modéré une Table Ronde intitulée “Langues régionales: quand finira le temps du mépris ?” dont voici l’argumentaire officiel.

“Toutes les langues régionales sont égales, mais… certaines sont plus égales que d’autres”.

C’est ainsi que, parodiant George Orwell, de nombreux habitants du Nord pourraient commenter la circulaire n°2017-072 du 12 avril 2017 relative à « l’enseignement des langues et cultures régionales ». A la suite de la loi du 8 juillet 2013 sur la refondation de l’Ecole de la République, cette circulaire reproduit avec un coupable mimétisme l’omission des circulaires de 2001 sur le même sujet : ni le picard, ni le flamand-occidental, ni le franco-provençal ne sont mentionnés parmi les langues bénéficiant d’un enseignement de langue et culture régionales.

L’ironie en paraît d’autant plus cruelle que ladite circulaire de 2017 débute par une référence à l’article 75-1 de la Constitution française selon lequel « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ». Or le picard, le flamand-occidental et le franco-provençal figurent bel et bien dans la liste des langues régionales de France du rapport Cerquiglini de 1999, au même titre que les autres langues régionales enseignées au sein de l’Education nationale ; ces trois langues appartiennent bel et bien, selon le Ministère de la Culture, à ce que la Constitution désigne comme patrimoine de la France.

Comment peut-on expliquer une telle obstination, de la part du Ministère de l’Education nationale, dans une politique du mépris envers les deux langues régionales du département du Nord ?

Pourquoi refuse-t-on, ici, ce qui, partout ailleurs, est accordé ?

Jusque quand une pareille censure pédagogique restera exempte de sanction pour discrimination ?


Cl.: V.F.

Pour répondre à ces questions, cinq intervenants étaient invités à prendre part au débat: une linguiste de renommée internationale spécialisée dans le français et les français régionaux, deux linguistes spécialisés dans les deux langues régionales du Nord, deux acteurs incontournables du monde associatif lié à la défense et à la promotion de ces deux langues.

Henriette WALTER, professeur émérite en linguistique de l’Université de Haute Bretagne, ancienne directrice du laboratoire de Phonologie de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, auteur de nombreux livres et articles spécialisés ainsi que des ouvrages plus accessibles pour le grand public. Son livre Le français dans tous les sens lui a valu le prix de l’Académie en 1988. Henriette Walter était déjà venue parler des langues régionales dans le Nord lors des Bouquinales 2014 à Hazebrouck.

_Pour le flamand-occidental:

  • Philippe SIMONagrégé d’anglais, co-auteur d’un premier dictionnaire de flamand en 1985, membre du collège “Personnalités” de l’Institut de la Langue Régionale Flamande, spécialiste du flamand-occidental. Originaire de la zone picardophone du département, il a appris la langue lors de son affectation dans un établissement de la zone flamandophone et l’y a enseignée. Outre l’anglais et le flamand-occidental, il parle le néerlandais; il connaît d’autant mieux les différences entre le flamand-occidental et le néerlandais
  • Jean-Paul COUCHé, président de la fédération d’associations Institut de la Langue Régionale et administrateur du Comité Flamand de France. Issu d’une famille flamandophone, il a commencé à enseigner le néerlandais, au niveau associatif, avant de se rendre rapidement compte que le néerlandais n’était pas la langue parlée par sa famille. Sa connaissance du flamand-occidental lui a été utile dans sa vie professionnelle (milieu bancaire). Il collabore étroitement avec les élus locaux et nationaux dans le dossier de la reconnaissance et de la valorisation du flamand-occidental, notamment dans le contexte actuel d’étude préliminaire à la création d’un Office Public du Flamand-Occidental sur le modèle de l’Office Public de la Langue Bretonne, l’Office Public de la Langue Basque et l’Office Public de la Langue Occitane.
Pour le picard:

  • Alain DAWSON, docteur en sciences du langage, spécialiste du picard, auteur notamment d’une méthode pour apprendre le picard. Il est également chroniqueur radio.
  • Olivier ENGELAERE, directeur de l’association Agence régionale pour le Picardéditeur de textes littéraires en picard (et prochainement peut-être en flamand-occidental). Comme son patronyme le laisse supposer, il est originaire de la zone flamandophone, mais s’est spécialisé dans le picard.

Notes

  1. Agrégé de Lettres modernes, Guy Fontaine enseigne la littérature européenne au Lycée des Flandres à Hazebrouck. Membre fondateur du Réseau Universitaire Les Lettres Européennes, il a co-dirigé un manuel de littérature européenne, édité en plusieurs langues, et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques et culturelles dans le domaine de la littérature européenne en qualité d’expert. Il est également le responsable pédagogique de deux cours magistraux à ESPOL (“European Literature” en L1 et “L’écrivain et le politique” en L3). Depuis 2016, il est conseiller littéraire au Conseil Départemental du Nord auprès duquel il avait été détaché de l’Education nationale pendant dix ans pour diriger la Villa Mont-Noir devenue, par la suite, Villa Marguerite Yourcenar []
  2. On nous a reporté la présence de l’écrivain flamand belge Anne Provoost et du Prof. Jan Jedrzejewsk, pro-dean de l’Université d’Ulster []
  3. On notera ainsi dans l’assistance Luc Devoldere, “flamand émancipé” à la tête de la Fondation Ons Erfdeel, Marie-Christine Lambrecht, Présidente d’Het Reuzekoor, Philippe Masingarbe, président du Comité Flamand de France, Philippe-André Royer, le président de Zénon 3000. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.