La culture flamande à France Culture

Voici une reproduction l’éditorial du numéro 113 du Bulletin du Comité Flamand de France (fév. 2018, pp. 2-3) rédigé par Christian Ghillebaert en qualité de vice-président du Comité Flamand de France.


Sans risquer de passer pour un lamentateur impénitent, on peut affirmer avec une assurance à peine teintée de regret que la culture flamande de France occupe une part extrêmement résiduelle de l’attention médiatique nationale. D’aucuns ajouteront, malicieusement, que le temps accordé à la culture flamande sur les antennes, sur les ondes et dans la presse est sûrement compté à l’aune de son importance actuelle dans le patchwork des identités régionales, nationales, a-territoriales, mondialisées promu dans les milieux étroits de la culture haute, comme dans les larges canaux vecteurs des cultures de masse. Alors, quand France Culture consacre de belles minutes à la culture flamande, sur la courte heure de l’émission La fabrique de l’Histoire, mieux vaut ne pas bouder son plaisir et ne pas maugréer à l’idée que, sauf erreur de notre part, la question n’avait pas été abordée depuis 2004[1].

            Le mercredi 10 janvier 2018, pour le troisième volet d’une série intitulée « Histoire du Nord », Emmanuel Laurentin avait invité, aux côtés de son collaborateur Victor Macé de Lépinay et de l’acteur Daniel Kenigsberg, Jean-François Condette et Benoit Mihail pour traiter du thème « Le Nord au 19ème siècle »[2]. Le premier, professeur d’histoire contemporaine à la COMUE Lille-Nord-de-France, est certainement connu des membres du Comité Flamand de France pour ses travaux sur l’enseignement dans le nord de la France, du primaire au supérieur. Le second, rattaché à l’Université Libre de Bruxelles, l’est probablement moins, malgré l’intérêt évident de sa thèse sur le « Néo-Flamand en France », soutenue en 2003, dont il a tiré le livre Une Flandre à la française, paru en 2006 chez Labor.

Les propos échangés lors de cette émission, qu’une mise en voix de textes illustratifs rendait d’autant plus plaisante, étaient accessibles au profane, quoique insatisfaisants pour le spécialiste, au point de mettre en appétit maint auditeur étonné de découvrir un territoire français revendiqué et même reconnu comme flamand. A ceux qui, parmi nos lecteurs, se trouvaient alors hors de portée de leur transistor ou avaient préféré Radio Uylenspiegel, une deuxième chance est donnée de suivre la discussion des deux historiens, grâce aux nouvelles technologies : l’émission reste écoutable en baladodiffusion sur le site de France Culture[3] et son verbatim, établi par nos soins, est consultable sur notre carnet de recherches en ligne[4]. Nous est avis qu’une version retravaillée, pour le confort de sa lecture comme pour la pérennité de sa conservation, mériterait la postérité qu’offrent les publications du Comité Flamand de France ; nous entreprendrons en ce sens les intervenants précités.

Pour les faits, donc, comme pour les idées, rien de neuf n’est à signaler dans cette émission tout en équilibre. Les intervenants y louent, à juste titre, les qualités littéraires du grand Michelet[5], convoqué pour une description inaugurale de la Flandre, mais ils en circonscrivent aussitôt la valeur ethnographique réelle, à raison. S’ils démontent, pièce par pièce, la mécanique représentationnelle en action lors de l’évocation des termes « Nord » et « Flandre française », ils ne démolissent pas volontiers des poncifs érigés sur les bases mêmes de l’activisme régionaliste, trop évasivement évoqué : le destin polémologique du septentrion français (Flandria Martis arena), sa physionomie fuyante (variété des « Nords » aux frontières floues), sa validation de la théorie des climats (temps rude, rude caractère), sa vocation aux labeurs industriels et aux labours industrieux, son inclination mercantile, son sens inné de l’action collective (vie associative, calendrier festif). Même la question du flamand, ailleurs cause de débats passionnés, est abordée placidement par les intervenants, qui devisent sur le fait d’une situation diglossique (flamand/picard et français) plutôt que sur les principes de l’écologie linguistique, soulignant au passage les accommodations d’instituteurs attachés à la petite patrie loyale au lieu de déplorer le zèle de hussards noirs acquis à une grande patrie jalouse. Il est heureux que, sans hésitation, sur le ton de l’évidence, les deux historiens aient immédiatement présenté le flamand-occidental comme la langue usuelle majoritaire de la population de l’arrondissement de Dunkerque, distincte du néerlandais, au 19ème siècle. C’est vraisemblablement pour éviter tout anachronisme qu’ils n’ont pas mentionné la survie de cette langue au 21ème siècle, ainsi qu’ils ont mis en garde les auditeurs contre l’anachronisme de l’image d’un Nord appauvrie et répulsif en vogue chez nos contemporains.

Au reste, on se félicitera du portrait remarquablement positif que les intervenants dressent du Nord et de la Flandre : l’intérêt pour les arts et les lettres est grand parmi les élites, l’émulation savante est fructueuse parmi les érudits, le peuple ne se résume pas à une cohorte de philistins avides et de travailleurs incultes. Leur excès de bienveillance, si peu ordinaire, vaudra aux journalistes et invités de l’émission l’indulgence du Comité Flamand de France, qu’ils font naître en 1851, et la nôtre en particulier, quand ils citent uniquement l’abbé Gantois comme intellectuel peu fréquentable, ignorant les Nicolas Bourgeois, André Cauvin, Dr Quesnoy et autres Roger Hervé autrement plus infréquentables[6]. Mettons encore sur le compte de la bienveillance, cette fois envers une audience déjà saturée d’informations, l’omission du nom de l’auteur des quelques lignes lues en fin d’émission pour suggérer une transition du 19ème siècle des cénacles bon-teint au 20ème siècle des tribunes hargneuses.

Pourtant, ce texte de « Vindex », extrait de la série de feuillets La Flandre prend la parole (1919), est de Georges Blachon (1857-1940), l’héritier de négriers bordelais et membre du corps préfectoral, un temps collaborateur du ministre Leygues. Une plume acerbe et des saillies exaltées lui ont acquis une certaine réputation, auprès du grand public depuis Pourquoi j’aime la Flandre (1922) et auprès des initiés à l’époque des pseudonymes dans Le Beffroi de Flandre (1919-1928) et dans Le Mercure de Flandre (1923-1931). Le cas de Georges Blachon, fiévreux amant d’une Flandre découverte sur le tard, est exemplaire d’un phénomène connu : hier comme aujourd’hui, plus récente et brutale est la conversion, plus grande est la tentation d’une radicalité violente. A n’en pas douter, cet admirateur de Gobineau est la pierre angulaire de l’activisme identitaire flamand, sans laquelle les édifices idéologiques les moins recommandables de Flandre française n’auraient certainement pas été si rapidement et fermement ancrés dans l’esprit d’hommes influents de la région. Quelle ironie, pour les défenseurs de l’ultra-local, d’avoir une double dette envers ce fils adoptif d’outre-Loire et envers de lointains parents d’outre-Quiévrain[7] !

            A la fin de l’émission de France Culture, quelques questions, à nos yeux fondamentales, demeurent sans réponse. Comment, concrètement, factuellement, au 19ème siècle en particulier, la population s’est-elle « convertie » à l’idée du Nord ? Quel rôle les élites locales ou nationales ont-elles joué dans cette conversion, après l’avoir suscitée et vécue ? Par quelles étapes et de quelle manière le « Nord » a-t-il fini par phagocyter, certes au corps défendant de quelques groupements érudits ou hardis, la « Flandre (française) » à laquelle on a pourtant longtemps tenu, bien au-delà des miettes territoriales de la flamandophonie, jusque dans le douaisis[8]. Une fastidieuse prosopographie s’avèrerait indispensable pour patiemment glaner de solides éléments de réponse et les combiner prudemment en un exposé circonstancié sur la plasticité culturelle des hommes de cette région, sur la malléabilité de leur esprit, aussi. A leur façon, par touches successives, infinitésimalement peut-être, involontairement sans doute, les auteurs de ce Bulletin contribuent, comme leurs prédécesseurs, à rendre possible cette prosopographie.


Notes

[1] Le très iconique Jean Lebrun avait consacré une émission de Travaux publics sur la question « Ch’tis et flamingants » le 25 novembre 2004.

[2] Nous tenons à remercier Anaïs D’Arras, de l’agence de communication Anaca (http://www.agence-anaca.com) de nous avoir très obligeamment signalé l’émission lors de sa diffusion en direct.

[3] https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/histoire-du-nord-34-le-nord-au-xixeme-siecle.

[4] https://cpg.hypotheses.org/1831.

[5] En guise de captatio benevolentiae, Emmanuel Laurentin et Victor Macé de Lépinay avaient judicieusement choisi des extraits du deuxième volume de l’Histoire de France (1834, pp. 270-276).

[6] Tant que nous n’aurons pas publié notre thèse, soutenue en 2007, la focalisation presque obsessionnelle sur la figure de l’abbé Gantois risque de continuer longtemps à desservir les observateurs et acteurs de la culture flamande de France.

[7] Nous renvoyons les lecteurs à notre article « Les interférences belges sur le réseau flamand de France » dans Réseaux et sociétés de la France publié par le Cercle d’Etudes en pays Boulonnais (2016, pp. 89-123).

[8] De la série de conférences sur le thème « Douai, ville flamande », organisé au premier semestre 2015 par la Bibliothèque municipale Marceline Desbordes-Valmore, l’histoire gardera au moins la trace de la contribution de Guillaume Klaes publiée sous le titre « Douai, ses Flamands et son flamand sous la domination espagnole (1560-1670) » dans Les Annales du Comité Flamand de France de 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.