[TRAD] A quoi bon ?

Version achevée, non relue màj#4, 2019-03-27

Voici notre proposition de traduction de la nouvelle de Christian Wemke « Wyne baet ‘t » primée au concours de nouvelles organisé par Zénon 3000 en 2011. Notre traduction est parue une première fois dans Refaire le tour de sa prison (Bergues, Zénon 3000; 2011: 99-106). Ch.-P. Ghillebaert


« Laissez-moi tranquille!

Laissez-moi rejoindre ces lointaines étoiles

qui ont le droit de briller

sans avoir le devoir de tourner autour des parvis de ces bouffons bouffis

pour qui parler, c’est prêcher,

haut perchés et bien abrités,

qui n’entendent que torture et tourment,

sans vice ni malice,

avides et stupides,

ces papes paresseux qui se prélassent,

ces évêques orgueilleux qui fixent les lois,

ces curés cupides qui vendent le ciel contre un peu de blé,

ces missionnaires enragés qui attisent la foi à coup de torches et de bâtons,

ces joyeux moines qui s’enivrent et s’empiffrent,

ces vicaires scandaleux qui corrompent la jeunesse,

ces sacristains envieux qui se verraient bien dire les sornettes servies à la messe,

ce fléau du petit clergé qui, au nom du Temple ou de l’Eglise, s’acharne à trouver des péchés dans la moindre action de leur prochain ou de l’étranger,

tous ces absurdes reîtres de Dieu qui condamnent les hommes de bonne volonté

au silence ou au bûcher

au lieu de bénir leurs voeux et exaucer leurs souhaits !

J’ai toujours concouru à l’édification de ce monde;

je n’ai jamais assisté qu’à son anéantissement.

Je veux, à bon droit, le quitter,

quand eux voudraient m’administrer les derniers sacrements ou me donner la mort

afin que l’Eglise puisse me soulager ou soulager la conscience des hommes troublés par un de leurs bienfaiteurs.

Ils m’ont dit mes quatre vérités,

quoiqu’il n’y en ait qu’une et

qu’elle ne leur appartienne pas.

Une assemblée d’assassins et de menteurs

embrase et enterre

cadavres et témoins

sur la place du marché ou au cimetière,

tandis que le peuple hue,

conspue

et compisse

ceux des siens qu’on doit livrer

aujourd’hui

aux souffrances que tous les autres s’attendent à souffrir

demain.

Ils veulent à présent maudire mon nom,

mais je l’ai souvent abandonné sans vergogne.

Ils veulent à présent détruire mon corps,

mais je l’ai toujours offert gratuitement.

Ils veulent à présent dompter mon esprit,

mais je l’ai déjà donné en partage.

Ils veulent à présent transférer mon âme en enfer,

mais je n’ai jamais vu ou senti une seule âme sur terre.

Un torrent de sang, une pluie de larmes;

ici, le feu et là, la vase;

maux, meurtrissures, flétrissures;

point de bonheur.

Non,

je ne regretterai rien,

ne déplorerai personne.

J’expire »


« Il délire », dit le premier, « l’opération a échoué ».

« Il est inspiré », dit le deuxième, « on ne pouvait pas mieux réussir ».

« Il s’exprime bien », dit le troisième, « nous tenons une nouvelle preuve ».


Zénon ouvrit les yeux et regarda autour de lui. Si étonné qu’il fût, il n’était pas assez hébété pour ignorer les changements: cet endroit n’était ni sa tombe, ni sa geôle. Il était allongé dans un lit, transpercé (entravé?) de fils et de tuyaux, couverts de draps et de sparadraps (d’un linceul?), comme un cocon dans une toile d’araignée. Le lit était placé contre un mur de pierre, sous une croix en bois (un pilori?), entre deux rangées de machines qui bippaient et clignotaient (des instruments de torture?). Il y avait sûrement une fenêtre ou une porte derrière les trois hommes ébahis debout devant lui.


« Qui êtes-vous ? Où sommes-nous ? », demanda Zénon, plus irrité qu’inquiet.

Personne ne daigna répondre. le premier se recula et s’assit sur une chaise, le deuxième s’approcha davantage, le troisième se saisit d’un cahier dans un sac.

« Les cavaliers de l’Apocalypse étaient au nombre de quatre, mais vous êtes trois. Les mages se déplaçaient à trois, mais vous ne portez pas de couronne. Les anges volaient pour délivrer leurs messages, mais vous dissimulez vos desseins peu sages », dit Zénon, un rictus au visage.


Trois voix, en un souffle, couvrirent celle de Zénon.

« Sois le bienvenu dans mon monastère », dit le premier.

« Sois le bienvenu dans notre siècle », dit le deuxième.

« Sois le bienvenu de la par de notre association », dit le troisième.

Que manigancez-vous ? », demanda Zénon.

« Nous sommes allés te chercher pour te protéger », dit le premier.

« Nous sommes allés te chercher pour préserver ton héritage intellectuel », dit le deuxième.

« Nous sommes allés te chercher pour sauvegarder notre langue », dit le troisième.


Zénon examina les trois hommes et secoua la tête. Qui donc était ce petit bonhomme chauve à la voix mielleuse et au visage patelin? Une espèce de moine ? Et ce grand gaillard bellement barbu et bien bâti aux ongles limés? Un rond de cuir ou quelque autre bureaucrate payé à ne rien faire? Et comment se fait-il qu’un jeune blanc-bec se permît de parler de la sorte?


« Les médecins ont désormais perdu la tête », dit le premier. « Ils pensent pouvoir réviser la Nature parce qu’ils peuvent reproduire les hommes et les bêtes à partir d’une goutte de sang ou de sperme, d’un poil ou d’un os. Ils veulent mettre à mort la mort en ramenant les morts à la vie. Les couples ne s’accouplent plus, les individus baisent. « Mari et femme » est aujourd’hui le souvenir de contes d’hier, « mettre au monde le fruit de son amour » signifie s’en remettre à des généticiens mondains pour acquérir des enfants calibrés. Le sexe d’autrui importe peu à l’individu, pourvu qu’il fornique. La présence d’autrui importe peu à l’individu, pourvu que l’image excite. Dieu nous garde ! »

Et le moine se signa et se leva.

« Chaque individu est un être humain », dit Zénon,

« l’amour est masculin, les amours sont plurielles:

ce sont des émotions humaines »


« L’humanité dépasse les êtres humains », dit le deuxième au premier. « La science doit toujours progresser, sinon l’humanité régresse, n’est-ce pas ? Ils voulaient, à partir d’une cellule, arracher un être humain du néant pour qu’il fût de nouveau quelqu’un. J’ai de nombreuses accointances de par le monde… J’avais un vieux livre, une partie de toi, Zénon, s’y trouvait. Ils t’ont cloné, au lieu de cloner un péquenaud ou une soubrette. Ils clonaient déjà des animaux, il fallait que le premier clone parmi les hommes fût l’un des plus brillants. Mais cela, tu le sais déjà, n’est-ce pas ? Tu l’as prédit dans un livre voilà plusieurs siècles. Il faut se soucier des cerveaux et laisser pourrir et gésir les restes. la lumière descend des hauts soleils qui rayonnent sur le pauvre peuple. Quelques-uns sont amenés à comprendre, ils doivent donc méditer les secrets; ceux qui restent sont superflus. Les pensées puissantes ont plus de valeur que les faits des puissants. On coule l’Or à l’aide du crayon et non de la fourche, et tous contemplent l’OEuvre. J’ai dit ».

Et Fluppe fit mine de se trancher le cou, puis s’assit.

« Chaque individu est un être humain », répéta Zénon,

« la vie de l’un n’est ni plus grande ni plus petite que la vie de l’autre.

Tous deux ont la même dignité humaine »


Zénon attendit un instant. mais le troisième se tenait coi. Un objet noir et plat posé sur les genoux, il continuait de prendre des notes dans son cahier. Zénon l’interpella d’une voix forte: « Et toi, mon garçon ? Es-tu sourd ou muet ? Que fais-tu ici ? Que me veux-tu ? »

« Lui ? », dit le premier, « c’est notre secréataire ».

« C’est notre secrétaire », répéta le deuxième. « C’est cela ».

« Il est instruit et diplômé. Je lui avais remis le carnet et le livre pour qu’il puisse m’aider », dit le moine, « Il est un membre de notre communauté et c’est un chrétien. »

« Il s’est avéré suffisamment intelligent pour montrer les deux opuscules à un érudit de mes amis. Cet ami est un membre de ma « confrérie » et il est également Flamand. »

Le moine s’éclaircit la voix, qu’il avait enrouée et lugubre: « C’est ici, au Mont des Cats, près de ce monastère qu’un homme vénérable a vécu en ermite après avoir été un bon pasteur à Caestre. Il s’appelait Charles Grimminck et il était originaire d’Ypres. Il passait son temps à lire et prier. C’était un mystique qui visiter les mystères de ce monde et de l’autre. Il a noté, dans un carnet de prédictions, que Zénon reviendrait parmi les hommes et que les moines devraient l’héberger. Le carnet était cachéé derrière un tableau de la chapelle du monastère. Avec un livre que tu as rédigé de tes mains. J’ai fait don des deux opuscules à une association de défense de notre langue régionale flamande. »

Fluppe ajouta: « Mon ami n’ignorait pas que j’admirais au plus haut point ta vie, ton oeuvre et ton esprit. Je savais, quant à moi, qu’un jour je rencontrerais Zénon. Et te voici. »

Le troisième cessa d’écrire et dit: « Il faut bien comprendre une chose. « Ils » disent que flamand n’existe pas, qu’il n’a jamais existé. mais toi, qui es originaire de cette région, tu parles comme nous et non pas comme les Belges et les Néerlandais. on ne peut tout de même pas renier sa langue. C’est pourquoi j’enregistre ta façon de parler. »

Zénon soupira et dit: « Las ! Plus les choses changent, plus elles demeurent identiques. N’apprendront-ils donc jamais rien ? Ils veulent un épouvantail, un maître ou un garde pour satisfaire leurs obsessions humaines, mais pas d’un ami et frère selon la loi de l’humanité. L’un aspire à l’amour pur et parfait, l’autre désire le savoir ultime, un troisième est hanté par le rêve d’une belle langue. Mais l’amour engendre les passions, le savoir nourrit les frustrations, les mots causent les maux. Si loin que l’on aille, si longtemps que l’on reste, l’on s’aveugle toujours en dépit de la vérité éclatante et l’on s’isole sans cesse en dépit de la paix assourdissante. Les êtres humains ne peuvent accepter l’humanité. Peut-être parce que l’humanité ne procède pas des humains, mais d’ailleurs, de quelque chose de plus profond, de plus ancien. peut-être pour que les humains ne soient jamais destinés à composer complètement l’humanité. Les forces me quittent, je suis exténué. »

Alors Zénon rendit l’âme et tous trois gardèrent le silence. Le premier se mit à marmotter, le troisième glissa ses affaires dans son sac. Fluppe, quelque peu embarrassé et désappointé, prit son téléphone et dit à une interlocutrice en Asie: « Professeure Yu Sena ? Il vient de mourir une fois de plus. Il fuit à nouveau et nous laisse sans le fruit de ses réflexions. Personne n’est satisfait. L’Oeuvre n’est pas achevée. »


[fin]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.