Archives de catégorie : Billets

[TRAD] Le VDAB donne des cours de flamand-occidental pour débutants

Voici notre proposition de traduction pour l’article de Werner Rommers intitulé « VDAN geeft cursussen West-Vlaams ‘voe behunners’ » et paru le 08/10/2020 sur le site de Het Nieuwsblad. Ch.-P. Ghillebaert. Version inachevée, non relue, màj#0: 2021-05-03

Le VDAB [équivalent flamand belge de Pôle Emploi] organise désormais des cours de dialecte en Flandre-Occidentale. « Ils sont destinés aux allochtones qui maîtrisent déjà bien le néerlandais, mais qui ne comprennent pas un traître mot du dialecte qui est partout présent« , déclare l’enseignant, Hans Declercq.

Selon le Service Flamand de l’Accès à l’Emploi (VDAB), le cours provient d’une pure nécessité. « Les allochtones qui ont appris chez nous le néerlandais semblent ne pas souvent s’y retrouver une fois arrivés sur leur lieu de travail parce qu’on y parle presque constamment le flamand-occidental« , poursuit Hans Declercq.

« Pour vous donner un exemple: après leurs cours de néerlandais, quelques-uns de nos allochtones réussissent une formation dans le secteur social. Mais pendant leur stage par exemple dans une maison de retraite ou un EHPAD, cela ne marche pas très bien parce que les résidents parlent principalement le flamand-occidental. Dernièrement, on a encore eu tristement le cas avec un résident âgé qui était pressé d’aller aux toilettes et l’aide-soignante a cru qu’il voulait un verre d’eau« .

C’est pourquoi le VDAB de Flandre-Occidentale organise à présent des cours complets de flamand-occidental pour débutant à raison de 15 heures par cours. « L’accent est mis sur la compréhension orale« , précise Declercq. « Je parle tout le temps en flamand-occidental pour que les participants du cours enrichissent un peu leur vocabulaire et apprennent aussi à déchiffrer quelques sons ouest-flamands.« . Selon Declercq, le but des participants n’est pas d’apprendre à parler le flamand-occidental. « Etant donné que tous les habitants de Flandre-Occidentale comprennent évidemment aussi le néerlandais, je conseille aux participants de parler normalement en néerlandais pendant leur formation ou leur stage« .

Après enquête auprès des autres agences VDAB, il n’y a qu’en Flandre-Occidentale que des cours de dialecte sont organisés. A l’agence d’Anvers, ils ont même pensé hier que leurs collègues de Flandre-Occidentale faisaient une blague.

Reinhild Vandekerckhove, enseignante en sociolinguiste et en linguistique néerlandaise à l’Université d’Anvers, n’est pas du tout surprise. « Les études ont montré que la Flandre-Occidentale est la région la plus dialectophone de toute l’aire néerlandophone. Un habitant de Flandre-Occidental qui rencontre quelqu’un d’autre de Flandre-Occidentale passe immédiatement au dialecte, quel que soit son niveau d’étude ».

Vandekerckhove insiste sur le fait que seule la génération plus âgée parle encore uniquement en dialecte en Flandre-Occidentale. « Beaucoup de ces personnes n’ont jamais appris le néerlandais standard parce qu’elles n’en ont jamais eu besoin. La génération intermédiaire et la jeune génération passent immédiatement au néerlandais standard quand leur interlocuteur ne semble pas comprendre le flamand-occidental« , explique Vandekerckhove.

Pour éviter tout malendendu: Parmi les « allochtones » – pour qui ce cours a été mis en place – il n’y a aucun Anversois ou Limbourgeois qui comprennent souvent un tout petit peu le flamand-occidental.

[UPFE#2] L’enseignement du « vlaamsch »

Reproduction du texte « L’enseignement du « vlaamsch » (d’après le compte rendu de Messieurs J. P. Sepieter & P. Vandevoorde) » publié pp. 94-95 dans le dossier de synthèse1 de la deuxième Université Populaire Flamande d’Eté (s.d. [1978]) tenue du 7 au 10 septembre 1978). Version achevée, non relué, màj#0:2021-02-26

En introduction, Piet Vandevoorde, dit Keuntje, nous a présenté les conditions et les moyens de promotion du Flamand2, pour dans sa langue maternelle, le « Vlaamsch », et ce, à toute fin de montrer que le Flamand n’est pas limité à des tournures usuelles ou agricoles mais qu’on pouvait embrasser des réalités de tous ordres.

Cette introduction fut comprise par la moitié de l’auditoire.

Dans un premier temps, J. P. Sepieter explicite ce exposé de Keuntje. Il rappelle les conclusions de l’atelier linguistique de la première Université d’été à savoir la complémentarité Néerlandais Flamand et l’ébauche d’une charte. Puis il décrit ce qui a été fait depuis un an pour la promotion du Flamand:

  • Cours expérimental de Flamand en milieu urbain à Dunkerque (50 à 80 participants) sous l’égide de « Het Reuze Koor ». Ce cours amorce l’extension de la pratique du Flamand en milieu rural et en milieu urbain
  • Fréquence du Flamand à la radio avec Uylenspiegel (du 1er janvier au 15 juin 1978)
  • Publication de « Vlaemsch Leeren » avec accompagnement de cassettes, ce qui permet au Flamand de s’affirmer concrètement auprès des langues régionales

Il n’en demeure pas moins que nous sommes en retard par rapport à ce qui se passe ailleurs. Le problème des « langues dominées » est universel. Partout dans le monde, des peuples prennent conscience de leurs différences. Tout se passe comme s’il y avait un instinct de conservation des langues ccommunautaires qui agonisent.

J. P. Sepieter dénonce ensuite l’hypercentralisme dde l’Etat française, la confusion des notions de citoyenneté et de nationalité en France et la violation des droits de l’homme de communiquer avec les artifices de sa culture, violation dont sont victimes 18 millions de citoyens français.

La charte de la langue et de la culture populaire flamandes doit définir les droits et les moyens d’exercer ses droits:

  • en premier lieu, il faut y mentionner la reconnaissance d’un statut officiel de la langue et de la culture flamandes
  • en parallèle, il faut créer un office de la langue et de la culture flamandes
  • il faut également agir au niveau de l’éducation, de l’enseignement, de l’information, de la vie publique: il faut familiariser les Flamands avec leur langue et sa forme écrite.

Au cours de la discussion, furent soulignés l’urgence du problème et la priorité à accorder à la sauvegarde du Vlaamsch, la nécessité d’y croire, le besoin de concertation et d’action commune avec les autres minorités linguistiques, le besoin de s’organiser et de ne pas s’en tenir à des activités fragmentaires, celui de déculpabiliser le Flamandophone de France et de revaloriser sa langue maternelle.

Enfin, il faut garder à l’esprit le souci d’être réaliste, concret et efficace !


Notes
  1. Copie du document conservée dans le dossier « Evénements » des APChPGh []
  2. Nous avons conservé la majuscule du texte originel, pourtant fautive d’après les règles orthographiques françaises []

[UPFE#1] Réflexions de M. Noël JOSEPHE

Reproduction du texte de Noël Joseph ((Noël Joseph était alors président de la Commission « Enseignement et Culture » du Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, président de l’Office Culturel Régional et conseiller général du Pas-de-Calais)) inséré dans le dossier de synthèse (s.d. [1977]) de la Première Université Populaire Flamande des 2, 3 et 4 septembre 19771. Version achevée, non relue, màj#0: 2021-02-26

La première Université Populaire Flamande d’Eté, qui s’est déroulée à Hazebrouck les 2, 3, et 4 septembre 1977, a sans doute marqué – grâce au succès rencontré – la renaissance de l’identité flamande.

Enfant du pays, parlant le flamand couramment puisque c’est ma langue maternelle, je ne puis qu’applaudir au succès de cette université et dire ma sympathie à tous ceux qui tentent de réfléchir et de proposer des remèdes aux multiples problèmes de notre Région.

Je suis d’autant plus à l’aise pour souligner que le caractère centralisateur de notre pays, les spoliations entraînées par un système économique basé sur l’inégalité ne s’appliquent pas qu’à notre Flandre. Mais, ici comme ailleurs, méfions-nous des termes excessifs qui risquent finalement de nuire à une causse qui éveille intérêt et sympathie.

Militons pour notre « petite patrie », mais gardons-nous de toute nostalgie inutile. La solution à nos problèmes d’aujourd’hui ne passe pas par l’éclatement du pays, mais par une véritable régionalisation, respectueuse de notre identité, et une autogestion qui nous rend maître de nos décisions.

Notre pays, s’il veut retrouver ses racines profondes, se doit de favoriser l’expression originale des différents peuples qui le composent. L’Université Populaire Flamande d’Etat, et la structure qui se mettra en place pour poursuivre le travail amorçé2, participent de cet état d’esprit.

Un esprit qui, se gardant des facilités et des pièges du passé, rende3 un avenir vivant aux traditions et à la personnalité des Flamands de France.


Notes

  1. Source: Copie du document conservée in dossier « Evénéments » des APChPGh []
  2. sic []
  3. sic []

Q#26 (1994-11-24) Trad. française

Le texte ci-après est une proposition de traduction de la question écrite n°26 posée par Paul van Grembergen (VolksUnie) le 24 novembre 1994 à Hugo Wecks (CVP), ministre flamand de la Culture. Il ne s’agit ni d’une traduction littéraire, ni d’une traduction juridique, seulement d’une traduction fonctionnelle du texte originel en néerlandais.


Le néerlandais en Flandre française – promotion.

Diverses associations et instances en Flandre française mènent auprès des Flamands de France de louables efforts pour permettre un meilleur accès à la connaissance de la langue néerlandaise. Il est en effet impossible de maintenir les liens d’unité avec le peuple néerlandais1 uniquement par la connaissance du dialecte flamand.

La publication hebdomadaire (depuis le 18 février 1994) d’un cours de néerlandais dans l’hebdomadaire le Journal des Flandres grâce au Marnixring Ter Isele constitue un des moyens de contribuer à l’amélioration de cet accès. La publication paraît avec peu de moyen, mais elle connaît un certain succès.



Zoals echter zo vaak het geval beseffen de Frans-Vlamingen dat er, bij hun groeiende Vlaamse bewustwording, minstens evenveel, zo niet meer’ steun en hulp
kan verwacht worden van de Vlamingen in de buurstaat België, dan van de eigen Franse overheden. Wij
Vlamingen mogen in dat proces niet afwezig blijven en
passief toekijken. ,
In Frans~VIaánderen~bestaat *er veel belangst&ng voor
het Nederlands, maar een eigenlijke taalmarketing is
er niet. Hier is mijns inziens een taak weggelegd voor
het Vlaams ministerie van Cultuur. Ik meen dat ons
ministerie middelen en eventueel ook de nodige werktijd zou moeten kunnen vrijmaken om de taalmarketing te systematiseren in de Noordfranse media.
1, Welke initiatieven levert het Vlaams ministerie van
Cultuur om de kennis van het Nederlands in FransVlaanderen te bevorderen ? Worden daartoe financiële middelen ter beschikking gesteld ? Hoeveel ?
Aan welke instantie(s) ?

  1. Acht de minister een verhoging van de middelen,
    of van de logistieke steun wenselijk, noodzakelijk ?
    Welke initiatieven neemt hij daartoe ?
  1. Dans le texte originel, on peut lire « Nederlandse stam » où, d’une part, Nederlands ne renvoie pas nécessairement aux Pays-Bas mais à la zone réputé néerlandophone de Belgique et des Pays-Bas et où, d’autre part, stam signifie « race, ethnie, souche, tribu, peuple ». Nous avons probablement sous-traduit ce passage du texte originel []

Lettre de R. D. M. [ca 1984]

Extrait d’une lettre de R. D. M. [s.d., ca. 1984] à un enseignant du secondaire animateur à Radio Quinquin1. L’auteur de la lettre entend réagir à une lettre de son destinataire en sa qualité de président de Menschen Lyk Wyder & de Secrétaire Général du Parti Fédéraliste Flamand. Cet extrait est publié dans notre carnet de recherche comme matériau documentaire de première main pour l’étude des conceptions xénophobes dans certains groupements nationalitaires flamands de France. 


(…)2

3°) Et les immigrants?

Il fallait s’y attendre! En 1984, lorsqu’un Flamand revendique le respect de son identité, il se trouve aussitôt quelqu’un pour lui jeter dans les jambes le problème des immigrants (en fait, des immigrés africains et maghrébins, car les autres, les Européens se sont parfaitement intégrés chez nous).

Mon opinion personnelle3 (et résumée, car il faudrait détailler, et ce n’est pas l’objet de cette lettre!), est que l’immigation massive est un véritable crime contre l’Humanité: au suicide ethnique de l’Europe, correspond le suicie ethnique des masses africaines et maghrébines, déracinées, vouées à la haine des autochtones, à la clochardisation et à la violence (voir §1°). Ce crime a été froidement perpétré par la bourgeoisie libérale et cupide, avec la complicité des forces idéologiques « progressistes » et marxistes, [???]4 « lumpen-proletariat », ceci afin de pouvoir relancer des idéologies éculées misérabnilistes, et d’attiser une haine de classes et de races, sans laquelle elle s’ennuieraient!

Subversion ethnique, retard technologique (l’appel aux immigrés nous a fait rater la 3ème révolution Industrielle, celle de la Robotique!), dégradation et décadence généralisée, propres à tout métissage sur une grande échelle: le mal est fait, et il n’est pas question d’accuser les Immigrés, mais ceux qui hier et aujourd’hui, à droite et à gauche, ont été complices de la situation à la libanaise qui se profile à l’horizon. l’Histoire réclamera des comptes tôt ou tard.

Le racisme est une saloperie. l’immigration en est une autre (le dire n’implique pas qu’on soit contre les immigrés! Comme être contre l’esclavagisme n’implique pas qu’on soit contre les esclaves !) Sous cet angle, j’envie les pays d’Europe de l’Est qui auront su se préserver. Et de toute manière, ce sujet est tabou et si par malheur on exprime une opinion différente de celle des nouveaux curés « de gôche », on est voué à l’excommunication haineuse, et au rejet dans le clmp des « fachistes-racistes-réacs ».

Les fédéralistes dont je suis, ont une réponse à ce type de problèmes et à la cohabitation inter-ethnique. Cette réponse ne s’appelle ni ‘assimilation », ni « intégration », termes typiquement néo-colonialistes et méprisants vis-à-vis des langues, cultures et religions de ces immigrés.

Contrairement à ce que vous craignez, il n’est surtout pas5 question pour nos Flamands de vouloir enseigner l’Histoire de Flandre aux petites filles algériennes de Roubaix! (par contre, vous ne semblez voir aucun inconvénient à ce qu’elles apprennent l’Histoire de … France !). Nous sommes pour la cohésion ethnique et culturelle de CHAQUE6 peuple, et à commencer par LE NOTRE7.

Il est urgent e créer des écoles arabes et coraniques8, afin de donner au moins UNE9 culture et Une appartenance à ces gosses des 2ème, 3ème et bientôt 4ème génération, et de leur donner peut-être le goût et l’envie de retourner un jour au pays de leurs parents et de leurs ravines réelles.

Flamandisons les Flamands, arabisons les arabes10 en transit chez nous, africanisons les africains11 paumés dans nos banlieues délabrées. Je crois qu’il n’y a aucune autre solution à ce problème empoisonnant. cela évitera à chacun, quelle que soit sa race, d’être un renégat12, mot qui est la pire des insultes13.

(…)14


Notes

  1. Les références exactes de ce document peuvent être communiquées sur demande expresse de tout collègue chercheur []
  2. Nous ne reproduisons pas ici les trois premières pages de la lettre car elles ne présentent pas d’intérêt heuristique majeur pour une étude de la xénophobie dans les groupements nationalitaires flamands de France []
  3. « Opinion personnelle » est souligné deux fois dans notre copie du document originel []
  4. Les deux lignes suivantes sont illisibles dans notre copie du document []
  5. « Surtout pas » est souligné dans notre copie du document originel []
  6. « Chaque » est en lettres majuscules dans notre copie du document originel []
  7. Le nôtre » est en lettres majuscules dans notre copie du document originel []
  8. Tout ce passage est souligné dans notre copie du document originel []
  9. « Au moins une » est souligné dans notre copie du document originel. « Une » est en lettres majuscules []
  10. L’absence de majuscule initiale est le fait de l’auteur de la lettre []
  11. L’absence de majuscule initiale est le fait de l’auteur de la lettre []
  12. « Renégat » est souligné dans notre copie du document originel []
  13. A la fin de la phrase dactylographiée a été ajouté, de manière manuscrite : (1). Cet élément renvoie à une phrase manuscrite qui a été ajoutée en fin de lettre avant la signature et que nous reproduisons dans le présent article []
  14. La lettre comprend encore trois paragraphes que nous ne reproduisons pas ici, car leur contenu est de moindre valeur heuristique pour notre étude de la xénophobie dans les groupements nationalitaires flamands de France []

Alliance régionale

Note en cours de rédaction màj#1:2020-12-10

L’Alliance Régionale Flandre-Artois-Hainaut est une association qui a connu plusieurs changement de nom depuis sa création en 1991:

  • L’Alliance Régionale, nom officiel depuis la déclaration enregistrée le 17/11/2003
  • L’Alliance Régionaliste, nom déclaré lors de la modification enregistrée le 05/12/2002
  • Notre Région, Notre Culture, nom donné lors de la déclaration de création le 11/04/1991

C

Le contact presse de l’Alliance Régionale a été Gilles Roquette, de la famille d’industriels Roquette de Lestrem. L’adresse pour tout contact était, en 2003, celle du siège actuel de support rgs, une société dont le gérant est Gilles Roquette.

L’association a connu plusieurs changement de nom depuis sa création

 

[REM] Ryckeboer, 1997e

RYCKEBOER, Hugo. Frans- en West-Vlaanderen. Het dialectenboek 4. Nooit verloren werk. Groesbeek : Stichting Nederlandse Dialecten, 1997e, p. 138–141.

 

Ce bref texte, inséré dans le quatrième fascicule du Dialectenboek et publié sous la responsabilité de Rob Belemans et Ton van den Wijngaard, se présente sous la forme d’une note introductive sur les choix orthographiques opérés pour la retranscription d’entretiens avec des locuteurs de Flandre française et de Flandre-Occidentale. Hugo Ryckeboer y précise les aménagements effectués à la fois pour rendre les passages retranscrits lisibles pour des néerlandophones et pour rendre compte de particularités phonologiques ou phonétiques du flamand-occidental (e.g. phonèmes vocaliques longs, différentes réalisations du <g>). Cette note « Over de spelling », pour en reprendre le sous-titre, est complétée par la retranscription de trois phrases prononcées par des locuteurs de 7 localités différentes (trois en Flandre françaises et quatre en Flandre-Occidentale). Or plusieurs éléments ne semblent pas concorder soit avec les règles de retranscription détaillées dans la note, soit avec les observations consignées par ailleurs.

Premier extrait (phrase 82)

Si elles permettent de rendre évidentes quelques différences lexicales (e.g. kattebeiers / braemels)1 et certains différences dans la réalisation de plusieurs mots (e.g. meisje / meesje)2, tous deux types de phénomènes bien connus et signalés ailleurs, ces retranscriptions posent problème à deux titres. D’une part, la prononciation retranscrite de om [ʊ] ne nous paraît pas coïncider avec la prononciation entendue ordinairement en Flandre française ([ɔ] ou [ɒ] selon les locuteurs). Il est possible d’entendre effectivement, en Flandre française, [ʊ] comme la réalisation (allophonique) du phonème court /u/, mais cette prononciation intervient dans des mots tels que boektoetkousse. D’autre part, le phonème vocalique contemporain dans is et in est /ɛ/ ; sa réalisation phonétique est généralement nasalisée en proximité d’un /n/. Le son [ɪ] correspond à la réalisation phonétique du phonème vocalique long originel, autrefois retranscrit par <ij>, <ii>, <y> dans l’aire dite « néerlandophone historique ». Ce phonème, désormais court, est habituellment retranscrit par <y> ou par <i> (devant le digraphe <ng> et la séquence <n+d>)3 chez les auteurs français.

Deuxième extrait (phrase 83)

Confirmant une systématisation de la retranscription phonétique (à notre sens) erronée de /ɛ/ en [ɪ], cet extrait présente également l’avantage de rendre plus manifeste encore l’inexactitude des retranscriptions avec le cas de leëre4. Ainsi retranscrite, la prononciation de leëre chez le locuteur de Zuydcoote et chez celui de Bollezeele semble identique à celle de liere (vielle).

 

 

 


NOTES

  1. Nous reprenons ici la graphie des deux entrées du Grand Dictionnaire du Flamand-Occidental de France [2018] []
  2. La co-présence de plusieurs réalisations concurrentes d’un même mot a conduit certains auteurs français à valider comme variantes d’un même mot ces réalisations et à les inclure avec une retranscription graphique individuelle dans les glossaires, les faisant ainsi paraître comme des entrées alternatives acceptables et légitimes, pour autant que la variation porte sur des phonèmes et non sur des sons. Ainsi trouve-t-on les deux entrées terve et tarve alors que le phonème vocalique est réalisé de trois manières différentes selon les locuteurs ([ε], [æ] et [a]) car [æ] n’est pas un phonème en flamand-occidental, mais l’allophone de [ε] (A moins que le phonème originel [ε] soit devenu l’allophone d’un hypothétique phonème contemporain [æ]). []
  3. Il faudrait une enquête spécifique pour déterminer si ce phonème court contemporain est /i/ ou /ɪ/ dans la mesure où les deux sons [i] et [ɪ] peuvent être entendus. Il nous semble que [ɪ] est majoritaire en Flandre française, d’après nos observations empiriques, ce qui laisserait supposer que le phonème en question est désormais /ɪ/. []
  4. Nous reprenons ici la graphie du Grand Dictionnaire du Flamand-Occidental de France où une distinction est faite entre le phonème long /e:/ et la diphtongue /eə/ (cf. les paires minimales keete / keëte et leeren / leëren). []

[TRAD] Ouverture de la session plénière NTU1991

Version non relue, màj#0: 2020-11-05


Voici notre proposition de traduction de l’allocution du Secrétaire Général de la Nederlandse Taalunie à l’ouverture de la Conférence générale de la langue et littérature néerlandaise le 15 novembre 1991, telle qu’elle a été reproduite dans NTU-Voorzetten, 1992, n°36, pp. 17-18. Ch.-P. Ghillebaert.


(…) ///p. 17///

Si j’ai bien été renseigné, il y a parmi vous des personnes qui se sont demandés tout haut pourquoi la Nederlandse Taalunie organise à Courtrai ce colloque sur la néerlandistique dans les territoires frontaliers, en Basse-Saxe, en Rhénanie du Nord-Westphalie et en Flandre française. Il ne vous aura sans doute pas échappé qu’il y a de bonnes raisons de venir à Courtrai d’un point de vue historique. Il y a évidemment aussi une autre raison.

En choisissant Courtrai comme lieu pour ce colloque, la Nederlandse Taalunie a intentionnellement voulu rendre évident son intérêt pour l’enseignement de néerlandais dans la toute proche Flandre française. Le néerlandais en Flandre française occupe une position particulière. J’ai pourtant dû constater que les inscriptions venant d’Allemagne dépassaient beaucoup plus les inscriptions venant de Flandre française. Au début de mon discours, j’ai déjà exprimé ma satisfaction de voir la présence de personnes venues d’Allemagne. Je peux le dire encore autrement. Beaucoup de personnes impliquées dans l’enseignement du néerlandais en Flandre française sont malheureusement absentes aujourd’hui. Je le regrette. Cette tendance est par ailleurs aussi visible dans les réponses aux enquêtes envoyées dans le cadre d’un inventaire scientifique.

A notre grande surprise, nous avons également de nouveau reçu un écrit officiel de Monsieur F. Allacker qui, au nom du Comité de l’Enseignement du Néerlandais dans le Nord de France1, a laissé libre cours à ses lamentations au sujet du manque d’intérêt des gouvernements néerlandais et flamands pour les besoins réels en Flandre française. Je veux bien admettre qu’il y a ici et là de quoi se plaindre. Il est surtout question, selon moi, de savoir si l’absentéisme est cependant la réaction indiquée.

(…)


NOTES

.

  1. Le nom de cette organisation, dont nous n’avons à ce jour trouvé aucune trace, est « Komitee Nederlands Onderwijs in Noord Frankrijk’ dans le texte originel. Il se peut que ce comité soit le groupe informel qui a donné naissance, en 2003, à l’Association de Professeurs de Néerlandais de l’Enseignement Secondaire dans le Nord de la France (APNES) dont Frank Allacker est actuellement le vice-président []

Lettre de J.-M. Gantois à Y. Fouéré du 12/03/1968

Le texte ci-dessous est établi d’après le document originel daté du 12/03/1968, envoyé depuis Lille, signé par Jean-Marie Gantois et adressé à Yann Fouéré, tel que nous l’avons consulté [?en 2002?] aux archives “De Franse Nederlanden” de l’Université de Leuven (campus Courtrai). La cote exacte peut être communiquée sur demande motivée. . Le présent document est répertorié ici comme suit: corr/1968-03-12/JMG/YF. Ch.-P. Ghillebaert

Lille. Rue de Lens 41 bis

                                               Le 12 mars 1968

                                   Mon cher ami,

C’est avec un vif plaisir que je reçois votre lettre. Si je comprends bien, N. U. passerait me voir. C’est avec grand plaisir que je ferais sa connaissance, et si je puis lui être utile, ce sera, de ma part, avec grand plaisir. – Je me demande toutefois, non sans curiosité, ce que nos bons Wallons, en l’occurrence, lui… chanteront comme refrains fédéralistes. Tout ce que je puis lire de la campagne électorale là-bas montre que les Wallingants, y compris ceux qui se déclarent, proclament et déclament tout ce qu’il y a de plus fédéralistes [sic], se sont empressés (Périn et Bologne en tête) à conclure une entente et à former un front commun avec les « Francophones » (Bruxellois anti-fédéralistes), avec et y compris cartel (pour la récupération des voix) en diverses circonscriptions entre ce « Rassemblement Wallon » (qui groupe tous les « partis » wallons) et le « Front des Francophones ». Il s’agit à tout simplement d’une alliance passionnelle contre tout ce qui est flamand. La Volksunie a pourtant adressé un message au peuple wallon, dans la perspective d’une alliance fédéraliste. Ce projet échoue… comme tous les autres du même genre depuis 1945. – Personnellement, je n’en suis nullement surpris. J’ai trop et trop bien entendu les Wallons dire et redire : « tant que la centralisation a joué à notre profit, nous étions partisans du régime centralisé… Maintenant que ces positions sont intenables, nous sommes fédéralistes convaincus ». – Mais ceci est, de ma part aussi, un refrain, un refrain pessimiste, que vous aurez la bonté d’excuser.

Je sais avec admiration votre activité. J’ai remis à Notre Flandre – Zuid-Vlams Heem1 un « placard » à insérer pour annoncer L’Europe aux cent drapeaux. Mais quand la revue paraîtra-t-elle ? Nos jeunes (les générations qui me suivent) se heurtent à des difficultés que la mienne n’a pas connues. – J’ai distribué pas mal de prospectus pour le futur bouquin. Il y a toujours possibilité pour moi d’en diffuser d’autres.

Un grand merci pour le c.-r. si sympathique que vous avez fait de De Zuidelijkste Nederlanden dans L’Avenir. J’y ai retrouvé votre gentillesse inégalable et votre inamovible amitié.

Paul Sérant m’a écrit au sujet du nouveau livre de R. Lafont, Sur la France (Gallimard), préfacé par Madaule. Il est spécialement offusqué de ce que l’auteur ignore les travaux précédemment parus, de Héraud, de vous et de lui, et stimule de tout découvrir… pour sa part !

Quel plaisir ce serait pour moi de vous rencontrer. Mais je suis tenu ici par toutes sortes de fils à la patte – et c’est en esprit seulement, hélas, que je rencontre bien de mes amis. Votre séjour en Bretagne tire vers la fin peut-être ? Au retour en Irlande veuillez présenter mon souvenir respectueux et cordial à Madame Fouéré.

            A vous, en toute amitié.

            J.M. Gantois

  1. Le passage en italique correspond à un passage souligné dans la lettre originel. Les autres passages en italiques dans le présent le sont également []

Lettre de J.-M. Gantois à Y. Fouéré du 08/03/1963

Le texte ci-dessous est établi d’après le document originel daté du 08/03/1963, envoyé depuis Lille, signé par Jean-Marie Gantois et adressé à Yann Fouéré, tel que nous l’avons consulté [?en 2002?] aux archives “De Franse Nederlanden” de l’Université de Leuven (campus Courtrai). La cote exacte peut être communiquée sur demande motivée. Aux feuillets de la lettre était joint un quatrième feuillet dont le contenu ne semble pas coïncider avec la lettre. Le présent document est répertorié ici comme suit: corr/1963-03-08/JMG/YF. Ch.-P. Ghillebaert


Lille. Rue de Lens 41 bis

                                               Le 8 mars 1963

                                   Cher ami,

Puisse le proche avenir vous apporter à vous aussi le retour au pays ! Mais, si vif qu’en soit chez tous vos amis le désir, les contingences matérielles ne sont pas simples !

Je continue à suivre, comme je le peux, les réunions « inter ». J’en suis, pour ma documentation, à :

            1 Colloque des prov. fr., 25.11.’61

            2 nos de la Fr. Féder., dont le dernier est d’avril-mai ‘62

            la réunion des 16-17 février

J’ai l’impression que celle-ci est l’amorce de l’Inter souhaitée, et je constate, sans aucune surprise, que la Bretagne est à la pointe, Melle K. me paraissant être, en ces diverses et plus ou moins parallèles intitiatives, la cheville ouvrière.

Malheureusement, et vous l’évoquez dans votre lettre, la problème pour nous1, s’est singulièrement compliqué. Il s’est même complètement transformé. Le temps n’est plus des relations « inter » de jadis. L’ »intrusion » des Wallons en ce domaine (ce qui est, de leur part, une astuce majeure) a tout changé. Il faut quand même se dire que « tout cela » (chez eux) est encouragé, soutenu, sinon fomenté, par qui nous savons, et que ces gars, en toute… honnêteté, sont contraints de rendre, en échange, les services d’usage. Quelle confiance peut-on avoir en ce genre d’associés ou interlocuteurs ? (Certain document récent des Basques est, à cet égard, un chef d’œuvre de naïveté en même temps que d’irréalisme – pour ne pas parler de la rédaction ! –) Nous étions, quant à nous, décidés à envoyer un observateur en mai à Aoste, et nous avions « trouvé » un représentant aux réunions parisiennes, quand… un canard wallingant vient de nous attaquer grossièrement : on se croit revenu, à Hazebrouck, au temps d’Hitler, etc., avec les suites inquisitoriales que ces sortes de publications amènent d’ordinaire. Résultat : repli sur des positions vigoureusement « neutralistes »… Un vieil adage de chez nous dit que : Wat waals is vals is. Ce qui est wallon est faux.

Les deux coupures jointes semblent prendre, de par leur synchronisme, une saveur spéciale. Peut-être en tireriez-vous un écho sur les… marchands de tapis qui nous gouvernent. (L’Edgar2 en est un de première classe, que j’ai eu l’occasion de connaître un peu, comme peut-être je vous l’ai dit, lors de mon exil.)

Le succès de l’Ecartelée3 en est un pour nous tous. Il en paraîtra encore des c.-r.4

Je suis aussi Ar Vro, qui est de haute tenue, et où j’apprécie spécialement votre synthèse5 historique.

 Puis-je vous demander un service ? Me faire dresser, s.v.p., la liste des adresses d’administration des publications « intéressantes » de Lorraine, Alsace, Euzkadi, Corse, Occitanie, Catalogne, etc6, que vous recevez effectivement. Merci !

            Respectueuses amitiés à Madame Fouéré, et une pensée cordiale à vous tous.

            JM. Gantois

7



NOTES & COMMENTAIRES DE Ch.-P. GHILLEBAERT

  1. ce passage en italique, comme les suivants, sont soulignés dans la lettre originelle []
  2. Il s’agit ici, selon toute vraisemblance, d’Edgar Faure. Cependant, nous ne disposons à ce jour aucun élément d’information sur les liens que Gantois semble avoir eu avec Edgar Faure durant la période 1948-1962 (qui correspond à l’ « exil » auquel Gantois fait référence ici). []
  3. Il s’agit ici, selon toute vraisemblance, d’une version abrégée du titre de l’ouvrage de Fouéré La Bretagne écartelée, paru en 1962 aux Nouvelles Editions Latines []
  4. Abréviation pour : compte rendu []
  5. Ce mot est souligné deux fois []
  6. Ce mot est souligné deux fois []
  7. Le feuillet joint comprend les deux passages suivants : (1) « Au moment même où M. Pisani (qui étant né à Tunis d’un père amaltais a toutes les qualités pour représenter l’agriculture… française) tient à Rennes l’attitude que l’on sait, « ; (2)  » A Roubaix M. Gilbert Grandval (dont on n’a pas encore trouvé au répertoire toponymique des terroirs de la vieille France la référence onomastique) à » []

Lettre de J.-M. Gantois à Y. Fouéré du 19/07/1962

Le texte ci-dessous est établi d’après le document originel daté du 19/07/1962 à Lille, signé par Jean-Marie Gantois et adressé à Yann Fouéré, tel que nous l’avons consulté [?en 2002?] aux archives « De Franse Nederlanden » de l’Université de Leuven (campus Courtrai). La cote exacte peut être communiquée sur demande motivée. Le présent document est répertorié ici comme suit: corr/1962-07-19/JMG/YF. Ch.-P. Ghillebaert


Lille. Rue de Lens 41 bis

                                               Le 19 juillet 1962

Mon cher ami,

                Mon retard à vous répondre a été long, une fois de plus. Mais, cette fois, j’ai, peut-être, quelque excuse particulière. L’adresse ci-dessus vous indique que l’exil pour moi s’est terminé et que j’ai regagné le pays, et sa capitale – et en sa Capitale l’endroit idéal où mon rêve, sans doute, aurait choisi d’atterrir : le quartier de l’université, du Musée, du monde professoral, étudiant, médical (et même… préfectoral). Il ne m’a pas fallu longtemps, pour m’y habituer, un peu plus pour m’emménager (ceci n’est pas encore achevé, et le déménagement n’a pas été rien). Votre cher bouquin m’a suivi ici. Je l’ai dévoré, entre deux caisses à demi déballées, et j’ai admiré – une fois de plus – votre rare talent de synthèse, combien enviable. Les c.-r.1 commencent à en paraître. J’en ai lu plusieurs dans la presse flamande, sans préjudice de ceux que j’espère faire paraître. Est-ce, « bretonnement » (si vous me permettez le mot !) un succès libraire ? Votre p. 153 2 est en ce qui me concerne d’un léger pessimisme quelque peu dépassé (interdiction de séjour… Non, l’amnistie quasi-totale (totale en un cas comme le… nôtre) n’a quand même pas été faite pour les chiens. Mais votre texte n’en demeure pas moins pour usages apologétiques tout à fait très bien…

J’ai eu le plaisir de voir l’ouvrage, au centre de tout un étalage consacré à la Bretagne, à la vitrine de la principale librairie lilloise : Le Furet, Grand’Place.

J’ai lu les trois premiers nos de la France fédérale et me demande, comme vous, ce qu’il en sortira de sérieux. Ma surprise ne fut pas mince d’y trouver un nom, qui s’est toujours distingué jusqu’ici par l’adhésion la plus enthousiastement servile à tout ce qui est le jacobinisme officiel (alimentaire et… décorateur) : ledit personnage, truculent du reste et peut-être sans méchanceté, brûle aujourd’hui ce qu’il a, toute sa vie, adoré… On commence à être habitué à ces palinodies.  Pas graves bien sûr, mais ce n’est guère pour mettre en confiance.

L’interfédérale Européenne serait quelque chose de bien mieux… si elle sort des langes. Ce serait là la réalisation d’un de nos vieux rêves.

A l’occasion… redonnez-moi l’adresse d’Enbata, que je vous ai passée, en omettant de la noter pour moi-même…

En communication confidentielle ce P.-S. (=pessimisme ?) dont vous reconnaîtrez l’écriture… Est-ce à ce point ?

 Mon bon souvenir à Madame Fouéré. Une pensée à chacun de vos enfants.

Il me réjouit de penser que Lille étant sur la route des peuples j’aurai le grand plaisir de vous revoir de temps à autre.

Bien cordialement à vous.

            J.M. Gantois.


NOTES & COMMENTAIRES DE Ch.-P. GHILLEBAERT

  1. Abrévation pour compte rendu []
  2. Voici le passage de la page 153 auquel renvoie la lettre: « La Flandre eut ainsi la chance, qui fut refusée à la Bretagne, de bénéficier d’un procès à grand spectacle qui fut en fait celui du « régionalisme » flamand. Au cours du procès, les accusés eurent beau jeu de démontrer qu’aucune des accusations de collaboration portées contre eux n’était juste, et qu’ils n’avaient fait que continuer à défendre sous l’occupation les intérêts et la personnalité de la Flandre de France exactement comme ils le faisaient avant la guerre. La principale personnalité visée par l’accusation était l’abbé J.-M. Gantois, secrétaire général fondateur du Vlaamsch Verbond, et son animateur incontesté. Contre lui un acte d’accusation de cent cinquante pages et un réquisitoire de deux jours demanda la peine de mort. Tout au long du prcès l’abbé Gantois prit la reponsabilité totale du mouvement, affirma qu’il considérait comme un honneur d’être poursuivi pour les idées auxquelles il avait consacré toute sa vie, et prouva qu’il n’avait aucune raison d’être « ni coupable ni repentant ». Malgré ses efforts, l’accusation ne réussit à arracher aux jurés flamands de la Cour de Justice qu’une condamnation au minimum de la peine, soit cinq ans de travaux forcés pour l’abbé Gantois, et des codnamnations variant de un an à quatre ans de prison pour les autres accusés. § Sorti de prison, l’abbé Gantois fut naturellement interdit de séjour, et le demeure théoriquement encore. Mais il ne le fut pas seulement dans les quatre départements où s’étendait l’action de la Vlaamsch Verbond, c’est-à-dire dans le Nord, le Pas-de-Calais, la Somme et l’Aisne, il fut aussi dans treize autres ! La liste de ces derniers est éloquente : les cinq départements bretons, les deux départements alsaciens, la Moselle (soit la Lorraine de langue allemande), les deux départements de la Savoie, les Alpes Maritimes et les Pyrénées Orientales (soit le comté de Nice et la Catalogne) et les Basses-Pyrénées (Pays-Basque). Cela illustre mieux qu’un long discours, mieux que n’importe quelle condamnation par les tribunaux d’exception, le véritable esprit de la répression et le sens qu’elle revêtit. Dans tous ces pays qui ont conservé soit une foi religieuse vivace, soit un mouvement particulariste, soit les deux à la fois, l’abbé Gantois avait noué des relations et possédait des amitiés. Ainsi se trouvait dénoncé le véritable ennemi de la nouvelle République jacobine : la ceinture allogène de la France, ces foyers réfractaires au dogme de l’une et indivisible, ces repaires de nos modernes girondins : seule la Corse avait été oubliée dans l’énumération. » (Yann Fouéré, La Bretagne écartelée (1938-1948), Paris, Nouvelles Editions Latines, 1962, pp. 152-153). []

Lettre de J.-M. Gantois à Y. Fouéré du 14/04/201956

Le texte ci-dessous est établi d’après le document originel daté du 14/04/1956 à Brachay, signé par Jean-Marie Gantois et adressé à Yann Fouéré, tel que nous l’avons consulté [?en 2002?] aux archives « De Franse Nederlanden » de l’Université de Leuven (campus Courtrai). La cote exacte peut être communiquée sur demande motivée. Le présent document est répertorié ici comme suit: corr/1956-04-14/JMG/YF. Ch.-P. Ghillebaert


Brachay, par Charmes-la-Grande (Haute-Marne)

                                               Le 14-4.56

Cher Ami

Votre lettre m’a causé le plus grand1 plaisir, et m’a plongé un peu plus outré encore dans la confusion. J’avais bien compris l’issue heureuse de vos affaires… juridiques, et j’avais à vous en exprimer ma joie… Vous savez mieux que moi comment « nos » existences sont occupées – d’autant que chez… moi bien des choses ont repris : jam renascere, doit-on lire dans les pages roses…, mais ce n’est pas sans besogne.

Le mieux ne serait-il pas de nous voir ?! Malheureusement, ce n’est pas en Seine-et-Marne, comme l’indique votre enveloppe, mais… un peu plus loin que j’habite, les neuf premiers mois de l’année scolaire… Et je ne vais jamais à Paris, ni ailleurs, étant tenu ici à la présence, sauf durant les « grandes vacances ». Disposez-vous d’une voiture ? Elle supprime la distance… Sinon les trains sont assez commodes, soit Paris -> Metz Nacy, descendre à Vitry-le-François, y prendre la ligne qui descend jusqu’à Chaumont (Dijon) ; soit Paris -> Belfort, descendre à Chaumont, remonter la ligne en question qui va vers Vitry-le-François (Reims). « Ma » gare est entre Vitry-le-Fr. et Chaumont : Joinville (Hte Marne). D’où, tous les jours, autopostale à prendre à l’Hôtel du Nord2 (pas du Midi3 ), c-à-d. à l’autre bout de la ville par rapport à la gare, à 16 h 30, – ou le Samedi (seulement), en gare, à 17.15, autobus – ou taxi (12 km, 800 frs.) Acceptez mon hospitalité conventuelle, modeste, mais cordiale, et qui nous ramène à notre temps d’étudiants…

Ci-joint un mot pour Hektor De Bruyne, qui vous connaît de naguère. C’était le spécialiste flamand des questions bretonnes. Peut-être pourriez-vous le voir à Antwerpen, et, par lui, d’autres. – En Hollande, mes relations actuelles habitent loin des grandes villes du N.-W., où j’imagine que vous vous rendez surtout. Je ne vois guère, dans ces régions, que le Dr W. A. Veenhoven, Roodbortslaan 22, Den Haag, qui me paraît susceptible de nous servir d’introducteur en des milieux intéressants. (Mais la Flandre l’est plus que la Hollande !!!)

Un de mes bons amis réside pour l’instant à Dublin, Rathparnham Castle : c’est la résidence des Jésuites, et le P. Gisleen Windey est effectivement un jeune Jésuite. Voyez-le de ma part ! C’est un très bon esprit, et vous savez quel rôle les gens de cette espèce jouent toujours chez nous, dans les coulisses !

J’ai infiniment de choses à apprendre de vous : venez passer quelques jours chez moi !

Mon souvenir respectueux à Madame Fouéré. Tous mes vœux pour votre grande famille.            

JMG


NOTES & COMMENTAIRES par Ch.-P. Ghillebaert

  1. Les passages en italiques correspondent à des passages soulignés dans la lettre originelle []
  2. Le passage en italique est souligné deux fois dans la lettre originelle []
  3. Il s’agit ici, selon toute vraisemblance, d’un trait d’humour en référence à l’antiméridionalisme []